Sélectionner une page

Imaginez une île au large des côtes britanniques avec une population de 11 millions d’habitants – augmentant au rythme d’au moins 1 million de citoyens par an – où la première langue est l’anglais et la grande majorité de la population est âgée de 17 à 30 ans. Seriez-vous intéressé par le marketing auprès de ce groupe, pourriez-vous vous permettre de ne pas le faire ?

Incroyablement, une telle île ou peut-être devrais-je dire, un groupe d’îles existe, non pas au large des côtes britanniques bien sûr, mais dans le cyberespace. Son nom est Second Life et n’est qu’un, bien qu’actuellement certainement le premier, d’une myriade de mondes virtuels qui voient le jour développés par leurs propres citoyens et un laboratoire d’hébergement ; des environnements essentiellement démocratiques qui s’adaptent et changent continuellement à mesure que ses citoyens construisent et développent leurs propres paysages et créent leurs propres communautés d’intérêts.

C’est l’endroit idéal pour les entreprises qui souhaitent profiter de la prochaine vague d’expérience client, à savoir l’expérience virtuelle. Pourquoi, parce qu’Internet devient rapidement un lieu de communication active et d’interaction virtuelle entre les clients. Pensez à des sites familiers tels que Friendsreunited, YouTube et Myspace qui font tous partie d’une méga-tendance de réseautage avec la capacité de diffuser rapidement le bouche à oreille positif et négatif.

Mais ce qui a vraiment captivé l’imagination, c’est l’arrivée de ces mondes 3D où vous pouvez prendre un personnage de votre choix (un avatar) et vous promener dans un monde virtuel en un clic, en communiquant avec d’autres personnages virtuels – tous de vraies personnes se connecter et interagir ; et pour la plupart c’est gratuit !

Imaginez par exemple être assis à la maison et rencontrer une nouvelle communauté d’amis dans le confort de votre fauteuil. Parler à quelqu’un qui a des intérêts similaires aux vôtres mais qui vit en Chine, au Brésil, aux États-Unis ou à Leicester ! Assister à une conférence d’affaires en ligne où vous pouvez réellement interagir avec et voir les autres participants, même aller et vous habiller pour une soirée en ligne post-conférence dans l’une des discothèques virtuelles ; bien sûr acheter les vêtements de votre avatar avec de la monnaie virtuelle comme des Linden Dollars dans un magasin virtuel.

Cependant, tout comme de nombreuses nouvelles entreprises – rappelez-vous Internet il y a 15 ans – la vague actuelle commence tout juste à être absorbée par le courant dominant du marketing. Les excuses courantes selon lesquelles il ne s’agit que de cybersexe ou de plein de geeks passent simplement à côté de l’essentiel, car le geek ou l’étudiant d’aujourd’hui est le consommateur ou le chef d’entreprise de demain – rappelez-vous ces 11 millions de comptes ! De plus, l’utilisation d’une telle technologie 3D et d’une telle communication virtuelle est très susceptible de se mêler à la version actuelle d’Internet 2.0. Alors plutôt que de penser à cela comme à des phénomènes étranges, distincts des activités commerciales sur Internet, c’est vraiment la prochaine extension de celui-ci.

Pour vous donner quelques exemples :

§ Imaginez qu’un client appuie sur un bouton de votre site Web qui l’emmène dans une visite virtuelle de votre magasin ou d’une autre entreprise (peut-être même quelque chose comme une usine de fabrication qui est encore au stade de la conception) et lui permet de parler à un assistant virtuel de problèmes financiers. produits ou quelque chose d’autre entièrement

§ Alternativement, s’ils ont déjà un avatar (eux-mêmes virtuels), vous pouvez les téléporter (rediriger) vers votre site ou emplacement sur Second Life

§ Que diriez-vous de rencontrer d’autres personnes lors d’une conférence virtuelle ? Ou groupe de discussion

§ Ou proposer un nouveau site passionnant destiné à une communauté d’intérêts spécifique ou même à votre propre mini métaverse.

Pensez à ces quelque 100 millions de membres de pages Web plates comme MySpace. Bientôt, ceux-ci pousseront les membres vers des mondes 3D comme Second Life.

Il ne fait aucun doute que ce sera peut-être un jeu difficile à conceptualiser pour certaines personnes, mais pour cette génération élevée avec le jeu vidéo, tout cela est une seconde nature.

Et déjà, plusieurs entreprises ont étudié le potentiel et ont commencé à développer des paysages virtuels qui font la promotion de leur entreprise. Par exemple Amazon.com où vous pouvez rechercher et acheter dans une librairie virtuelle liée et intégrée au site Web. D’autres exemples provenant de Second Life, The Official Guide incluent :

§ Starwood Hotels, qui a utilisé Second Life pour présenter ses nouvelles chaînes hôtelières

§ Toyota Motor Corporation, qui a lancé un modèle à conduire pour sa Scion xB

§ Adidas, qui vend des versions virtuelles de ses chaussures a3 Microride

§ Hipster clothing le détaillant de vêtements américain qui a ouvert un point de vente pour vendre des versions virtuelles de ses vêtements

§ Harvard Law School, qui propose un cours en partie sur Second Life

§ La CIA

§ Duran Duran a développé un site pour donner des concerts et présenter de nouveaux groupes

§ Et potentiellement pourquoi ne pas travailler dans l’autre sens, en offrant un excellent magasin virtuel (peut-être pour une gamme de vêtements) avant de se diversifier dans la vraie vie, que ce soit par des briques ou des clics et mortier

Ce n’est pas non plus un environnement réservé aux biens matériels tels que les vêtements et les livres, mais bien à toutes les entreprises ; comme on l’a vu avec le développement des banques dans Second Life et des conseillers en services professionnels. Bien sûr, Amazon.com sera toujours leader dans ce domaine, mais c’est un environnement tout aussi bon pour un fournisseur de services publics ou financiers, que ce soit pour les relations publiques ou les conseils, que pour n’importe qui d’autre.

La vérité est que les entreprises de Second Life ne l’utilisent pas pour un voyage fantastique mais de la même manière qu’Internet – pour le bouche à oreille. De plus, comme l’objectif premier est l’interaction, vous voyez déjà se développer de nombreuses communautés d’intérêts spécifiques, une excellente base pour les commentaires et le ciblage de vos messages et développements en ligne, ainsi que pour obtenir des commentaires sur la recherche.

Et si vous pensiez que c’était difficile et cher, détrompez-vous, les prix des terrains sont estimés à 195 $ par mois pour occuper une région entière équivalente à 65 536 mètres carrés (source : Second Life, The Official Guide).

Donc, si vous souhaitez entrer tôt, à quoi pouvez-vous vous attendre ? Comment aborder ce marché de la bonne manière et utiliser la puissance des réseaux Internet ?

C’est un domaine idéal pour adapter les concepts d’expérience client et un domaine sur lequel nous, chez Beyond Philosophy, sommes heureux de vous conseiller ; répondre à des questions aussi basiques que ce qu’est Second Life, jusqu’à quels modèles commerciaux seront les plus performants, comment puis-je développer l’espace terrestre, comment le concept de gestion de l’expérience client fonctionnera-t-il, quelles sont les considérations culturelles lors de l’interaction avec cet environnement encore en développement et la meilleure utilisation des Mash-Ups avec votre présence sur Internet.

Bien sûr, il y aura toujours des consommateurs qui ne seront intéressés que par le poker en ligne, mais à mesure que le Metaverse mûrit et que la technologie 3D fusionne avec l’environnement Web actuel, les gagnants seront, comme toujours, les entreprises ayant l’avantage du premier arrivé ; si c’est le cas, vous avez été assez rapide pour attraper la vague.



Source by Steven Walden