Sélectionner une page

[ad_1]

D’une part, les attributs de l’immortel alchimique ou mythique sont souvent connus sous de nombreux noms. Ces noms ont dans certains cas été traduits comme ayant tour à tour une valeur systémique, spirituelle, personnelle ou idéologique. L’arbre de vie connu sous le nom de Sephiroth pour les Hébreux peut également être traduit par les Derivellis, un arbre des permutations avec une certaine ressemblance avec le Net d’Indra qui reflète les nombreuses et magnifiques permutations de la vie. Le secret de ce dispositif est aussi facilement l’exception que la simple réalité de la manifestation et toutes les associations nécessaires que l’on pourrait avoir pour l’utilité de l’expérience.

De même, le dispositif de colombe présent dans les motifs religieux chrétiens — y compris les vitraux fréquemment — est également un ancien symbole alchimique utilisé par les alchimistes pour décrire l’ambre gris, la substance qui rendait le mangeur immortel. Surtout en compagnie d’une coupe, qui peut représenter alternativement ‘prime’ ou ‘psychologie’, comme le suggère le costume de coupes de tarot utilisé par les juifs, la colombe (ou pour les alchimistes, traditionnellement le cygne) pourrait être marquée d’une croix, qui fait partie du symbole alchimique originel de l’ambre gris : un dispositif combinant le cygne et la croix.

Il est intéressant de noter qu’une croix est l’un des symboles communs marqués sur un arbre, utilisé pour symboliser la conjonction des amoureux, ou pour faire passer deux personnes pour des imbéciles. Si la conjonction avec une femme est censée apporter le mariage et une longue vie (exprimée dans le symbole féminin, qui est similaire à l’Ankh), alors cette sculpture de conjonction pourrait représenter une sorte d’absorption figurative d’ambre gris, ou alternativement, dans le cas de imbéciles, le danger serait associé à la digestion de la substance.

L’association claire dans ce cas est également avec l’arbre des Sephiroth, et par extension la Fortune et la Tour. Ces symboles sont liés à l’arbitrage du destin de la vie, et donc du destin de l’immortalité. La sculpture d’arbre, qui apparaît populairement dans Peter Pan, est également un signe d’opposés conjoints tels que la vérité et la fable, la simplicité et la complexité, le macrocosme et le microcosme, et le spécifique et le général. La figure de la conjonction apparaît en alchimie comme le Doppleganger ou le métamorphe, l’homme à deux têtes, et le Roi et la Reine ou le Sorcier et la Sorcière. La conjonction devient alors un symbole de la purification alchimique des pensées ou des éléments en or philosophique, ce qui peut être lié au bouddhisme. Dans la méditation bouddhiste, le processus d’élimination des pensées inutiles conduit à l’illumination et à la sagesse, appelées Nirvana.

Il est intéressant de savoir si le voyage bouddhiste est tout ce qui est visé par la quête de l’immortalité. Clairement, si ce n’est pas le cas, alors certains ont été dupés. Même si les bouddhistes n’admettent pas qu’ils recherchent l’immortalité, il est clair au moins dans la tradition mahayana que les bouddhas sont immortels, qu’il y en a d’innombrables et que le chemin y mène. Je laisserai de côté le bouddhisme en tant que position métaphorique, qui est une racine ou une incarnation réelle de ce qui peut être déterminé comme immortel. Peut-être que les bouddhistes font face au monde, ou peut-être font-ils face à l’immortalité. Il semble que d’un point de vue ordinaire cela soit indéterminé, car les bouddhistes, dans cette perspective initiale, peuvent être soit éclairés soit non éclairés. Dans les deux cas, ils peuvent être bouddhistes.

Et si la religion était pour les dieux ? Cela expliquerait comment la trinité chrétienne soutient qu’il n’y a qu’un seul dieu sur trois, comme pour dire que le seul Dieu qui n’est pas Dieu est la perspective de Dieu, et en tant que tel, Dieu est sa propre religion, en plus d’être -en fait-en-existence-d’une manière ou d’une autre. Peut-être que le point culminant de certains points de vue religieux est que Dieu n’a pas encore été réalisé. Ceci est conforme aux conventions actuelles sur la poursuite de l’immortalité. Par exemple, qu’il n’a pas encore été un médicament corporatisé. Si, comme le prétendent maintenant les physiciens, il existe de nombreux points de vue sur l’univers qui sont eux-mêmes immortels, mais qui ne sont réalisés que sous un seul angle, alors cela explique comment Dieu peut sembler émergent, plutôt qu’actuel. De plus, si certaines de ces perspectives pouvaient être réalisées en prenant un médicament d’immortalité bientôt créé, les gens commenceraient à croire que ces perspectives ont toujours existé. Ils croiraient que ces perspectives, créées par leur propre esprit, étaient dignes de la religion.

Il est également possible que l’imperfection humaine contribue grandement à expliquer la perspective d’une vie immortelle. Même en ignorant un argument relatif dans lequel une certaine forme d’immortalité « pourrait ne pas avoir d’importance en fin de compte », on peut prévoir que les perspectives humaines ont beaucoup à voir avec la réalité perçue de la vie immortelle. Ils sont la réalité, mis à part certains facteurs « évidents » qui, collectivement, peuvent ne pas toujours émerger même dans le cas réel d’un être immortel.

Il existe des exceptions à la vision variablist selon laquelle l’immortalité est un cas contingent, qui dépend d’exemples et de contextes de comparaison. Par exemple, quelqu’un peut croire que la quête est insensée, ou que les imbéciles sont responsables de l’échec à atteindre une panacée psychologique de haut niveau. Ou, quelqu’un peut croire que Dieu est un être unifié, absolument parfait, qui ne peut être atteint, le cas échéant, que dans une certaine forme de singularité. Je dirais que ce dernier cas est quelque chose comme vendre l’âme de l’immortalité. Il y a un cas, dans le contexte de mes exemples précédents de quatre catégories se terminant par l’adaptabilité, pour une vision adaptative de l’immortalité. En effet, l’immortalité, si elle doit exister, doit être fondée non pas sur un quelconque « prospectus » semi-conditionnel drogué de la réalité (un rêve dans lequel les cauchemars sont aussi réels que les conditions fonctionnelles), mais plutôt sur le très urbain, gouvernemental et environnements de jeu de rôle qui ont été introduits comme normes pour les personnes fonctionnelles.

Revenant au premier contexte de Systèmes, Spiritualité, Personnalité et Idéologues, et au second contexte d’Arbre, Coupe, Oiseau, Croix, il existe de nombreuses permutations qui semblent utiles à l’étude de l’immortalité.

D’une part, l’arbre ressemble à un système de gouvernement. Grâce à la formalisation de la technologie et au soutien de l’existence modale et de la contingence, le gouvernement peut être un symbole permanent utile pour la vie immortelle, revêtu de la justice appropriée d’avoir aidé les gens à atteindre cet objectif.

Deuxièmement, la chimie et la personnalité sont devenues un mariage quasi permanent via l’institutionnalisation des drogues et la psychologisation de la personnalité et des tests de personnalité. Les gens seront inévitablement divisés par la personnalité et d’autres données telles que la génétique et la sexualité. Cela influencera davantage la structure des environnements de réalité virtuelle (« Le métaverse ») permettant des réalisations partielles et des expériences avec ce qui pourrait autrement ressembler à un exercice de patience.

Troisièmement, la croix est devenue une sorte de symbole urbain que j’associe à la connaissance catégorique (le Quadra, ou système de coordonnées cartésiennes, en relation avec des propriétés telles que les personnalités ou les dualités), il y a donc une intégration évidente de la connaissance avec la société qui n’a pas semblait toujours possible. Cela se répercute sur la structuration de l’information, et donc sur l’amélioration et l’intégration globale de l’immortalité et de la longévité.

Quatrièmement, l’oiseau — un symbole fréquent de l’âme, qui aurait été élevé par des filles dans des familles nobles — et l’idéologie, sont inévitablement combinés. Il y a une nouvelle résurgence du besoin d’une idéologie de l’âme, telle qu’exprimée dans ces conditions préalables de la psychologie, de la personnalité, de la connaissance et de la technologie. Il est pragmatiquement important que ces secteurs de la réalité, qu’il s’agisse de principes, d’institutions ou simplement de sentiments interprétés, soient également confrontés au domaine de la stimulation chimique et de l’immersion dans l’information. La perspective globale est très excitante, c’est-à-dire lorsque la science se précipite pour rencontrer l’adéquation de l’imagination (car sûrement, nous ne pouvons pas compter sur la télépathie pour trouver des indicateurs de la permanence de l’esprit. À un moment donné, la vie est un cadeau. Et clairement, aussi réel soit-il, le projet urbain d’immortalité est un bon point de départ).

[ad_2]

Source by Nathan L Coppedge