Sélectionner une page

[ad_1]

La Corée du Sud, bien décidée à lancer son Métavers ? 

 

Depuis cette dernière décennie, on connaît la Corée du Sud pour la Kpop, la vague Hallyu (la diffusion à grande échelle de la culture et sous-culture coréenne) ayant conquis le cœur des 12-35 ans. 

Toutefois, la Corée du ne s’arrête pas là dans la conquête de l’Occident, sans oublier l’Orient. Récemment, la Corée du Sud a investi pour une valeur de 187 millions de dollars dans la création d’un Métavers. 

Coinaute vous offre une rapide définition du Métavers, pour les nouveaux, comme pour ceux qui l’auraient oublié : monde virtuel accessible via Internet. La plupart du temps en réalité augmentée avec les casques VR Oculus Rift ou encore HTC Vive par exemple. 

 

En soi, nous ne pouvons appeler le Métavers “nouveau” puisqu’il existe déjà en travers du jeu vidéo depuis quelques années maintenant. Resident Evil VII de l’entreprise Capcom sur Playstation, jouit encore d’une belle réputation à ce propos. 

Est-ce la dernière montée pour toucher la réalité virtuelle en restant ouvert à tous ? Les Coréens se le demandent. Si la plupart d’entre eux sont favorables à la transition vers une simulation de notre vie de tous les jours (courses, concert, rendez-vous, etc). Certains demeurent réfractaire face au changement. 

 

Particulièrement les personnes âgées, qui restent une partie de la population abandonnée par l’avancée technologique Sud-Coréenne. 

 

La Corée du Sud, anti-crypto ? 

 

Si le premier terrain de football dans la réalité virtuelle à entamer sa construction, la Corée du Sud ne penche pas en faveur de la cryptomonnaie. In facto l’interdiction complète du NFT ainsi que des jeux Play-To-Earn (jouer pour acquérir) qui s’y associent. Mais alors, pourquoi un tel retournement de veste ? 

 

Eh bien, cela pourrait coïncider avec le rythme de vie des Coréens. Notamment pandémie de Coronavirus qui a su perturber l’économie intercontinentale. Le Métavers possède la capacité de créer un contact entre le monde réel et le monde virtuel, en créant une réelle immersion. 

Idyllique n’est-ce pas ? L’économie, les courses, une visite virtuelle dans un musée pendant des quarantaines, ou même l’école qui pourrait se dérouler dans un environnement immersif. Même le harcèlement scolaire serait considérablement plus difficile à mettre en place. 

 

Un croisement entre réel et virtuel qui offrirait à la Corée du Sud une occasion en or pour se propulser Top 1 de la modernité. 

L’aspect Second Life (seconde vie) tout droit tiré de la science-fiction n’aura jamais été aussi proche de nous. Interagir avec le monde grâce à une réalité mixte, le Métavers et sa popularisation n’aurons jamais été aussi proche de nos portes. 

 

Corée du Sud Métaverse

 

La vision internationale du Métavers Coréen 

Traduction : “l’Industrie du développement du contenu digital en ligne intègre les rendez-vous professionnels » — Ministère des sciences, technologies, informations, et communications.

 

Quelles sont les situations à caractère virtuelles exposées par cette image, précisément ? : 

 

  • Visite virtuelle 3D en toute réalité du lieu 
  • Expérience virtuelle d’activité sportive (comme du parachutisme ou du golf) 
  • Rendez-vous professionnels qui remplaceraient nos Google Meets ou Zoom
  • Rencontre avec des personnages virtuels 
  • Séance TV ou cinéma en 4D qui nous laisserait toucher jusqu’aux objets virtuels. 
  • Livraisons du virtuel au réel
  • Voir et jouer avec ses amis, dans un VR Chat amélioré.

 

En terme d’expérience immersive, la Corée du Sud semble bien déterminer à se créer une réputation. 

Cette même réputation, les Coréens ont pour projet de l’étendre à l’international, et permettent en réalité de concurrencer le Japon, la Chine et les Etats-Unis. En termes de course à la modernité.

Cette idée de Métaverse n’est pas sans nous rappeler le jeu Habbo, populaire en France, ou encore les Sims. Paralives, jeu concurrent des Sims 4, s’inscrit dans la catégorie des jeux vidéos de réalité virtuelle.

“Il est important de créer un écosystème de métaverse de classe mondiale comme point de départ pour favoriser intensément une nouvelle industrie hyper-connectée.” Park Yungyu — Chef du département de la communication et des politiques

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Pensez-vous que saisir la réalité pour créer la nôtre nous permettra de percer les limites du possible ? Est-ce que la France doit envisager son propre Métaverse ?

[ad_2]

Source link