Sélectionner une page

[ad_1]

N’avez-vous jamais rêvé d’avoir un espace de stockage, dans lequel vos données sont réellement en sécurité ? Imaginez, un espace de stockage dans lequel nul ne peut entrer mis à part vous. Aucune entreprise, aucun gouvernement ou aucun hackeur, aussi doué soit-il, ne pourraient y accéder sans votre autorisation. Imaginez également que ce même espace de stockage, accessible 24 h sur 24, soit indestructible. C’est-à-dire que quelque soit les malheurs qui peuvent arriver, la préservation de vos données serait garantie. Une telle chose serai formidable n’est-ce pas ? Et si je vous disais que cela existe.

Un rêve devenu réalité

En effet, un espace de stockage avec autant d’atouts existe belle et bien. Une fois encore, la blockchain a su prouver la pertinence de sa technologie dans ce domaine. Notamment en résolvant les problèmes auxquels font face les espaces de stockage traditionnels. Sous forme de cloud, bien que ces derniers soient au quotidien très pratique, vous allez découvrir à la suite de cet article, que leurs défauts commencent à être pesant. Aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers.

Le Cloud Computing

En informatique, le Cloud Computing fait référence à une infrastructure dans laquelle la puissance de calcul et le stockage de données, sont gérés par des serveurs. Ces serveurs ont pour rôle de libérer le stockage et la puissance de calcul des ordinateurs personnels, des téléphones, tablettes et autres objets connectés. Ceci étant, ce sont eux qui hébergent des logiciels, des plateformes, des applications ou des données à la place des appareils cités précédemment.

Les utilisateurs souhaitant accéder à un de ces serveurs pour consulter des données par exemple, devront utiliser des identifiants et mot de passe, fournis par le gérant du cloud en question. Un cloud qui est accessible n’importe où à la condition d’avoir une connexion Internet. Depuis l’avènement des nouvelles technologies, le stockage de données sous forme de cloud est devenu un marché pesant plus de 50 milliards de dollars. Les sociétés leaders de ce secteur sont : Microsoft, Amazon, Google, Dropbox ou encore Alibaba en Chine .

Les inconvénients de la centralisation

Risque de panne

Bien que le cloud computing soit essentiel, que cela soit pour les entreprises ou les particuliers, il présente tout de même un problème majeur : il est centralisé. En effet, en cas de problème avec les serveurs, qui sont généralement tous localisés au même endroit, il se peut que l’accès d’un site internet soit interrompu pour de nombreuses heures. Dans le cas de grosses entreprises, cela peut vite signifier un manque à gagner de plusieurs millions d’euros.

Risque de piratage

L’un des problèmes les plus contraignantes est le risque de piratage. Vivant dans un monde entièrement digitalisé, il n’est pas rare que des clouds soient la cible de pirates informatiques. À tel point que le vol de données est devenu monnaie courante. Entraînant parfois de lourdes conséquences.

En effet, lorsqu’un cloud a été piraté, les données sensibles d’entreprises ou de clients ont de forte chances d’être exploités à mauvais escient. Ce serait alors un désastre en termes d’image et de cybersécurité, pour l’entité en charge de la préservation de ces données. Cela serait également source de préjudice pour les particuliers ayant été piraté.

Mais ce n’est pas tout, il existe aussi un risque de fuite de données en cas d’erreur de configuration de la part du gestionnaire de données. Chose auquel de nombreuses entreprises en ont été victimes avec le scandale des serveurs d’Elastic Search.

Ou des chercheurs en sécurité de Comparitech, ont découvert qu’une base de données apportant à Microsoft, contenant plus de 250 millions d’enregistrements, a été par erreur exposés sur le web sans aucune protection. Et ce pendant plusieurs années. Je vous laisse imaginer les risques d’une telle imprudence.

Un anonymat inexistant

Vous n’êtes pas sans savoir que les données que vous stockez dans les serveurs d’une société tiers (Google, Microsoft, Facebook, etc) sont utilisées à vos dépens. Plusieurs scandales ont d’ailleurs confirmé que nos données privées (code de carte bancaire, adresse, localisation géographique, numéro de téléphone, etc) n’étaient pas du tout confidentiels.

Le scandale Facebook-Cambridge Analytica en est un bon exemple. Puisqu’en 2018, il a été découvert que les données de plus 87 millions de personnes présent sur Facebook, ont été volés et exploités par la firme Cambridge Analytica depuis 2014. Ces données ont d’ailleurs servi à influencer le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2016, en faveur de Donald Trump.

Des coûts exorbitants

Le dernier point à aborder est le coût souvent exagéré des clouds traditionnels. Que l’on soit un particulier ou une entreprise, les tarifs payé pour disposer de plus d’espace de stockage ne sont pas toujours équitables. Puisque l’on sait que nos données ne sont pas toujours en sécurité et qu’elles peuvent être exploitées à nos dépens.

D’ailleurs, l’absence de concurrence sur le marché érode la loi de l’offre et de la demande sur la tarification. Dans un marché du cloud fortement monopolisé par les géants de la Tech, ces derniers pourraient fixer arbitrairement le prix des ressources informatiques et du stockage, au détriment des utilisateurs. C’est donc dans le but de mettre un terme à tous les inconvénients cités plus haut, que le projet iExec a fait son apparition.

iexec

Présentation du projet iExec

Utiliser la blockchain pour décentraliser le cloud permettra de supprimer les différents problèmes énoncés plus haut. En effet, pour remédier aux problèmes actuels du cloud computing, iExec veut créer un marché décentralisé autour du cloud computing. Ou particuliers et professionnels pourront ainsi utiliser ou louer des espaces de stockage.

Le principe est simple, grâce à un protocole de stockage propre à la technologie blockchain, les capacités de stockage supplémentaires disponibles sur le PC d’un utilisateur membre du réseau iExec, pourront être utilisé par ceux voulant stocker leurs données. Vos données seront donc copiées, cryptées et stockées dans plusieurs endroits répartie à travers le monde. Puisqu’elles seront réparties sur tous les ordinateurs membre du réseau iExec. C’est ce qu’on appelle le “sharding”.

Cela signifie que pour pirater le réseau iExex afin de dérober des données personnels, il faudrait pirater plus de la moitié des ordinateurs membres du réseau (attaque des 51%). Un scénario qui est impossible statistiquement. En échange, les utilisateurs voulant stocker leurs données paieront des frais pour les crypter et les maintenir hébergés. Comme s’ils louaient un service de stockage traditionnel. Ces frais seront payés avec le token natif de iExec, le RLC.

Les avantages de la décentralisation

Comme nous l’avons vu, la décentralisation permet d’avoir un espace de stockage 100% sécurisé et quasiment indestructible. C’est-à-dire que nul ne pourra accéder à vos données mis à part vous. De plus, vous serai toujours garantie d’avoir vos données en bonne et due forme, étant donné qu’elles sont copiées et répartie à travers le monde.

Ajoutez à cela que grâce à la nature même de la blockchain, vous êtes assuré que vos données resteront confidentielles, puisqu’elles sont cryptées. Enfin, on soulignera que la décentralisation du cloud réduit de manière considérable les coûts de stockage des données, puisque la puissance de calcul nécessaire pour cela est répartie.

Cette décentralisation permet également d’éviter le monopole des leaders du marché. Ces deux facteurs influence ainsi grandement les tarifs pour recourir à des services de stockage décentralisé. Qui sont beaucoup plus abordables que les services de stockage traditionnels.

Une équipe solide

La société derrière le projet iExec, est une entreprise franco-chinoise dont le siège social se trouve à Lyon. À la tête de ce projet lyonnais datant de 2017, Gilles Fedak est le CEO et cofondateur de iExec. Entrepreneur et ancien chercheur à l‘INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique), il dispose d’une solide expérience dans le domaine du cloud computing.

Nous avons ensuite Haiwu HE, le cofondateur de iExec, qui occupe le poste de Directeur en chef de la région Asie-Pacifique. Professeur à l’Académie chinoise des sciences, il figure dans les 100 « Most Creative People in Business of 2017 » de Chine et est également un ancien membre de l’INRIA.

Globalement, l’équipe principale d’iExec est composée de scientifiques chevronnés, auxquels se sont joints des personnes ayant des connaissances exceptionnelles en piratage informatique, ainsi que des spécialistes du marketing de premier plan. Au total, iExec est composé d’une trentaine de personnes à l’heure actuelle.

L’année qui a suivi la création d’iExec, une ICO fut mise en place et 12 millions de dollars ont été récoltés. Depuis, l’entreprise a noué des partenariats avec des poids lourds, comme Intel, Ubisoft, IBM, Genesis Cloud ou encore EDF.

Le token RLC (iExec)

Le token RLC à une offre total de 86 999 784 d’unités et est classé 308ème en termes de capitalisation boursière. À l’heure où cet article est écrit, le RLC à un volume d’échange journalier dépassant les 6,7 millions de dollars et vaut 1,13€. Le plus haut niveau atteint par celui-ci fut 10,64€. Bien que l’on soit conscient de la pertinence du projet iExec, il faut tout de même admettre que le prix de son token est peu flatteur.

Avec un prix actuel de 1,13€ et un pic à 10,64€, il ne serait pas étonnant que des acteurs du marché le considèrent un actif hautement spéculatif. Par conséquent, ce type de token peut s’avérer être un investissement risqué. Notamment pour ceux qui débutent dans le monde de la cryptomonnaie. Il est donc préférable de choisir la prudence, si vous souhaitez vous lancer.

[ad_2]

Source link