Sélectionner une page

[ad_1]

Quiconque vit dans le sud de la Californie et parcourt la côte de San Diego à San Francisco a vu les plates-formes pétrolières offshore le long de la côte de Santa Barbara, Ventura et Long Beach. Quiconque vit dans l’une des autres villes côtières telles que San Diego, Pacific Beach, Mission Beach, La Jolla, Del Mar, Encinitas, Solana Beach, Cardiff, Carlsbad, Oceanside, San Clemente, San Juan Capistrano, Laguna Beach, Corona del Mar, Newport Beach, Huntington Beach, Pismo Beach, Morro Bay, Cambria ou San Simeon voient quelque chose de différent – des plages immaculées sans plates-formes pétrolières offshore.

Au milieu de la crise financière américaine et le même week-end que le Congrès a mis en place un plan de sauvetage de 700 milliards de dollars, le Congrès a supprimé une interdiction de 26 ans sur le forage pétrolier offshore au grand dam des écologistes.

Malgré l’interdiction des forages pétroliers en mer, on pense que de tels forages, du moins au large des côtes de la Californie, ne se produiront probablement pas avant de nombreuses années, voire jamais. Les démocrates au Congrès promettent déjà de rétablir l’interdiction lorsqu’un nouveau Congrès prendra ses sièges dans quatre mois. Et l’opposition politique, les lois sur la protection marine et presque certaines poursuites intentées par des groupes environnementaux en Californie font du forage pétrolier offshore un événement improbable.

Premièrement, il y a une croyance générale des Californiens, y compris le gouverneur, que le littoral californien est un trésor international, sans parler d’un attrait pour les touristes du monde entier. Peu de politiciens de l’État oseraient mettre en péril ce trésor.

Deuxièmement, une loi adoptée par l’ancien gouverneur Pete Wilson interdit déjà tout forage pétrolier offshore en Californie à moins de trois miles du rivage.

Troisièmement, il y a 300 miles de sanctuaires marins nationaux le long de la côte californienne qui interdisent le forage pétrolier.

Quatrièmement, presque tous les comtés côtiers de l’État de Californie ont promulgué des ordonnances interdisant les nouveaux oléoducs, terminaux pétroliers et réservoirs dans l’État.

Cinquièmement, les groupes environnementaux promettent déjà d’intenter des poursuites, et ils pourraient être rejoints par la California Coastal Commission.

Alors que la Californie compte environ 30 plates-formes pétrolières au large de Santa Barbara, Ventura et Long Beach qui ont été construites dans les années 1950, aucune nouvelle plate-forme pétrolière n’a été construite depuis plus de 50 ans.

On estime que la Californie possède au moins 10,5 milliards de barils de pétrole offshore, soit environ un an et demi de l’approvisionnement annuel du pays. Ceci est comparable à l’estimation du pétrole dans l’Alaskan National Wildlife Refuge (ANWR).

Mais au contraire, malgré la crise pétrolière et la crise financière, à la lumière du réchauffement climatique et des appels à l’investissement dans les énergies alternatives, les Californiens deviennent de plus en plus soucieux de l’environnement. Tout politicien fonctionnant sur n’importe quelle plate-forme (pétrolière ou non) basée sur le forage en mer au risque pour le littoral pittoresque de la Californie, aura du mal à se faire élire.

[ad_2]

Source by R. Sebastian Gibson