Sélectionner une page


Découvrez le parcours, l’expérience et le métier de gérant de portefeuille au sein d’une société de gestion. Café de la Bourse vous invite à plonger dans l’univers de la finance de marché en interrogeant les hommes et les femmes qui y travaillent au quotidien.

Ce mois-ci, Thomas Schüssler, gérant de portefeuille chez DWS, revient pour nous sur son activité, ce qui l’a poussé à faire ce métier, le fait le plus marquant de sa carrière, son secteur préféré et son sentiment de marché actuel.

Thomas Schüssler, quelle fonction occupez-vous ? Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ?

Je suis co-responsable mondial du département Actions et responsable des Dividendes chez DWS. Mais je suis avant tout un gestionnaire de portefeuille.

Mais la gestion d’actifs était plus proche de mon cœur de docteur en physique, car elle permet d’effectuer des recherches analytiques sur les entreprises, les marchés et les économies. Et elle est plus orientée vers le long terme que la banque d’investissement à mes yeux. J’ai donc décidé de rejoindre DWS en 2000. À l’époque, je n’avais aucune idée que je gérerais un jour l’un des plus grands fonds d’actions en Europe avec DWS Top Dividende.

Quel est l’événement que vous considérez comme le plus marquant de votre carrière ?

Ce sont souvent les crises qui vous façonnent. Lorsque j’ai rejoint DWS en 2000, la bulle Internet était déjà à son apogée. J’ai pris en charge un petit fonds axé sur les valeurs informatiques. Cela vous apprend l’humilité lorsque les actifs perdent presque toute leur valeur en l’espace de 3 ans. Mais la crise financière, la plus grande crise de confiance des temps modernes, a été encore plus formatrice pour moi.

À la différence de 2001, je gère maintenant avec DWS Top Dividende un fonds d’investissement de plusieurs milliards. La pression est évidemment beaucoup plus forte. Même si le fonds a surperformé de manière substantielle le marché des actions au sens large, les pertes absolues ont vraiment fait mal. En conséquence, je me suis concentré encore plus sur la préservation du capital. Cette crise a également eu un impact durable sur mon style d’investissement en tant qu’investisseur en actions plutôt conservateur.

Consulter également notre dossier Comment investir en période de récession ?

Quel est votre secteur préféré et pourquoi ?

Mon portefeuille est largement diversifié dans tous les secteurs. Et le secteur préféré change au fil du temps. En particulier, la valorisation et le potentiel de rendement relatif en font un favori. Mais en tant qu’investisseur en dividendes et scientifique, je me sens à l’aise dans le secteur de l’énergie ainsi que dans celui des matériaux. Ces entreprises versent des dividendes relativement élevés et sont essentielles à la transformation vers un monde neutre en CO2.

Cette année, je suis volontairement optimiste en ce qui concerne les matières premières et les valeurs énergétiques, en raison des contraintes d’approvisionnement, même si les matières premières ne sont pas le secteur le plus défensif en cas de récession. Elles sont très intéressantes du point de vue des dividendes et offrent l’un des meilleurs profils de protection contre l’inflation.

Découvrir aussi notre article Hydrogène : pourquoi et comment investir ?

Quel est votre sentiment de marché actuel ?

Notre évaluation du marché est également visible dans notre portefeuille DWS Top Dividend. L’inflation et la hausse des taux d’intérêt pèsent sur les marchés d’actions et leurs valorisations. La crise énergétique exacerbe la situation et alimente les craintes d’une récession mondiale. Nous nous attendons à ce que les taux d’inflation plus élevés durent plus longtemps, c’est pourquoi nous avons alloué environ un quart du portefeuille à des bénéficiaires de l’inflation, comme les actions du secteur de l’énergie et des matières premières. 40 % du portefeuille est investi dans des modèles économiques non cycliques tels que les télécoms, les services publics, la grande consommation et les soins de santé. En outre, nous détenons toujours un peu moins de 10 % de liquidités. Les 25 % restants sont investis dans des valeurs financières et quelques valeurs cycliques à la valorisation attrayante. Un portefeuille plutôt résistant pour les périodes plus agitées.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun. 



Source link