Sélectionner une page

[ad_1]

La cryptomonnaie est aujourd’hui imposée dans presque tous les pays, la France ne faisant pas exception. Cependant, les règles fiscales entourant les cryptomonnaies en France, telles que décrites par la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP), diffèrent beaucoup des autres pays européens. Si vous vous demandez comment la crypto est réellement imposée en France, ce guide est fait pour vous ! Dans ce guide fiscal complet sur les cryptomonnaies, nous vous expliquerons tout ce que vous devez savoir sur la façon dont la DGFiP classe les cryptomonnaies, combien d’impôts vous devez payer sur les cryptomonnaies et comment les traders et les investisseurs en France peuvent déclarer correctement leurs cryptotaxes.

Payez-vous des impôts sur la crypto en France ?

En France, les cryptomonnaies sont imposées lorsque vous convertissez un actif crypto en fiat. Le trading ou l’échange d’un actif cryptographique contre un autre actif cryptographique n’est cependant pas imposé. Le montant de l’impôt à payer dépend si vous êtes considéré comme un investisseur occasionnel par la DGFiP ou si l’activité est qualifiée de trading professionnel.

Vous devez également déclarer toute cryptomonnaie reçue d’activités telles que le mining ou le staking. La crypto reçue de ces activités est également imposée et des règles fiscales spéciales s’appliquent si vous êtes considéré comme exerçant le mining ou le staking en tant qu’opération commerciale.

Dans la section suivante, nous entrerons plus en détail sur la manière dont la cryptomonnaie est effectivement imposée en France selon la DGFiP.

Comment la cryptomonnaie est-elle imposée en France ?

Les cryptomonnaies ont été pour la première fois légalement classées en mai 2019 dans le cadre de la loi sur le plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises, également connue sous le nom de PACTE. La définition légale du bitcoin et des autres cryptomonnaies en France est :

«Toute représentation numérique d’une valeur qui n’est pas émise ou garantie par une banque centrale ou par une autorité publique, qui n’est pas nécessairement attachée à une monnaie ayant cours légal et qui ne possède pas le statut juridique d’une monnaie, mais qui est acceptée par des personnes physiques ou morales comme un moyen d’échange et qui peut être transférée, stockée ou échangée électroniquement.» Article L54-10-1 du Code monétaire et financier

Comme l’indique la Direction Générale Des Finances Publiques (DGFiP), les cryptomonnaies comme le bitcoin ou l’ethereum sont considérées fiscalement comme des placements mobiliers. La DGFiP poursuit en affirmant que les cryptomonnaies ne sont pas de véritables monnaies et que la seule monnaie ayant cours légal en France est l’euro. Cependant, la DGFiP précise qu’il est tout à fait légal d’utiliser la cryptomonnaie pour payer des produits ou des services.

Alors, comment la crypto-monnaie est-elle imposée en France ?

Les revenus des cryptomonnaies sont soumis à l’impôt sur les plus-values en France. L’imposition des plus-values, conformément à l’article 150 VH du Code général des impôts, dépend si la cryptomonnaie a été acquise à partir d’investissements ou d’autres activités telles que le mining.

Crypto acquis à partir d’investissements

La première chose à établir est de savoir si l’échange, le trading ou l’investissement dans les cryptomonnaies est effectué de manière occasionnelle ou régulière. Pourquoi est-ce important? Parce qu’il détermine le traitement fiscal et le montant d’impôt que vous devez payer sur vos revenus cryptographiques.

Si la Direction Générale des Finances Publiques considère que votre activité de trading de cryptomonnaies est exercée de manière régulière, vous serez imposé en fonction des bénéfices industriels et commerciaux. Cela signifie que vos gains en capital seront assujettis à des taux d’imposition progressifs. D’autre part, effectuer occasionnellement des transactions de cryptomonnaie sera considéré comme des gains en capital individuels et sera soumis à une imposition forfaitaire. La taxation forfaitaire est appelée prélèvement forfaitaire unique (PFU).

La loi fiscale française ne précise pas comment déterminer si l’activité est exercée de manière occasionnelle ou régulière, mais dans le Conseil d’Etat n° 417809, il est clairement indiqué que cela sera jugé au cas par cas. Voici quelques-uns des facteurs que la DGFiP prendra en compte pour séparer les traders occasionnels des traders professionnels :

  • Le montant investi
  • Le volume total des échanges
  • La fréquence des transactions

Crypto acquis de l’exploitation minière

La cryptomonnaie acquise à partir d’activités minières est classée différemment de la cryptomonnaie acquise en tant qu’investissement à des fins fiscales. Dans le Conseil d’État n° 417809, il est spécifiquement indiqué que le bitcoin et les autres actifs cryptographiques tirés de l’exploitation minière seront imposés comme des bénéfices non commerciaux et non comme des plus-values.

Dans la section suivante, nous examinerons plus en détail le montant de l’impôt que vous devez payer sur la cryptomonnaie.

Taux d’imposition des cryptomonnaies

Étant donné que les cryptomonnaies sont considérées comme des investissements mobiliers, le montant de l’impôt que vous devez payer dépend du fait que l’activité de crypto-trading sera imposée en tant que gains en capital individuels ou en tant que bénéfices commerciaux.

Détaillons plus en détail les différents taux d’imposition.

Taux d’imposition des plus-values individuelles

Le 1er janvier 2018, un prélèvement forfaitaire unique (PFU) dit « flat tax » s’applique aux revenus du capital. Cette nouvelle taxation des investissements mobiliers comprend à la fois les cotisations sociales et l’impôt sur le revenu. Le taux d’imposition forfaitaire est calculé de cette façon suivant le lien.

Le taux d’imposition total des plus-values des cryptomonnaies est donc de 30% pour l’année d’imposition 2021.

Le PFU est un «flat tax» car le taux d’imposition ne dépend pas du revenu total imposable provenant des gains en capital ou du revenu régulier. Le PFU s’applique à la fois aux investissements mobiliers, comme la cryptomonnaie et aux gains en capital provenant de la vente de titres. Les autres produits financiers concernés par l’imposition forfaitaire sont l’assurance-vie, le « Plan épargne logement » et le « Compte épargne logement ».

Vous avez également la possibilité d’opter pour que les gains cryptographiques soient imposés selon les taux progressifs de l’impôt sur le revenu. Cela peut se faire en cochant la case 20P du Formulaire N°2042 lors du dépôt de votre déclaration de revenus. Cela peut potentiellement réduire votre charge fiscale, mais dépend de plusieurs facteurs tels que vos autres revenus et la tranche d’imposition dans laquelle vous vous situez. Si vous envisagez cela, nous vous recommandons fortement d’en discuter d’abord avec un conseiller fiscal.

Taux d’imposition des bénéfices commerciaux

Si vous êtes considéré comme un trader professionnel, tous les revenus provenant de la vente de cryptomonnaie pour l’euro ou une autre monnaie fiduciaire seront soumis à des taux d’imposition progressifs similaires à votre revenu d’emploi. Le taux d’imposition progressif varie entre 0% et 45% et une surtaxe de 3% s’ajoute à la tranche du revenu imposable excédant 250.000 € pour les célibataires et 500.000 € pour les couples mariés.

Comment calculer les plus-values ?

 

 

Maintenant que nous avons couvert la façon dont la cryptomonnaie est imposée en France, y compris les taux d’imposition applicables, vous vous demandez peut-être comment calculer réellement les plus-values sur les cryptomonnaies selon le flat tax ?

Les bénéfices de la cryptomonnaie ne sont imposés que lorsqu’ils sont vendus pour une devise émise par les gouvernements comme l’euro ou le dollar. Cela a des implications sur la façon de calculer le prix d’achat et les gains en capital qui en résultent, qui doivent tenir compte à la fois de la valeur totale de votre portefeuille et du coût d’acquisition effectif au moment où vous avez vendu la cryptomonnaie.

Pour calculer les gains en capital, vous devez d’abord établir le prix d’achat de la cryptomonnaie vendue pour la monnaie fiduciaire. Le prix d’achat est également appelé coût de base.

Le prix d’achat doit être calculé comme la fraction du coût d’acquisition effectif de vos avoirs en cryptomonnaie par rapport à la valeur vendue divisée par la valeur totale du portefeuille.

Comment réduire votre charge fiscale ?

Il existe plusieurs façons de minimiser vos gains imposables et donc de réduire l’impôt à payer. Dans cette section, nous examinerons certaines des pratiques les plus courantes pour réduire vos impôts sur les cryptos.

1. Gardez vos pièces

Si vous ne vendez jamais vos pièces, vous ne payez pas non plus d’impôt sur vos bénéfices. Moins de stress et moins d’impôts. Pas étonnant que tant d’investisseurs en crypto soient déterminés à ne jamais vendre leurs pièces !

2. Convertir en stablecoins au lieu de monnaie fiduciaire

Étant donné que vous êtes imposé que lors de la conversion de votre cryptomonnaie en une monnaie fiduciaire émise par le gouvernement, la conversion de votre crypto en stablecoins peut réduire considérablement votre charge fiscale. Cela pourrait être une stratégie pertinente si vous voulez moins d’exposition à la volatilité du marché de la cryptographie et préférez avoir des pièces stables indexées sur la monnaie fiduciaire telles que l’USDT ou l’USDC dans votre portefeuille.

Vous pouvez même détenir des stablecoins indéfiniment sans payer d’impôt sur vos plus-values, mais gardez à l’esprit que si vous dépensez un jour vos stablecoins pour des biens ou des services, vous devrez payer des impôts sur vos bénéfices.

3. Déduire les pertes de cryptomonnaie

Si vous vendez une cryptomonnaie et recevez moins que le prix d’achat calculé, vous aurez réalisé une moins-value sur l’actif. En France, les moins-values peuvent être utilisées pour compenser les plus-values de la même année. Cela signifie que vous ne paierez d’impôt que si vous avez une plus-value nette positive au cours de l’année d’imposition.

Contrairement aux titres tels que les actions, les pertes en capital pour les cryptomonnaies ne peuvent pas être reportées sur les années futures si votre perte totale dépasse vos gains totaux.

4. Frais de négociation

La plupart des plateformes facturent des frais de négociation lorsque vous achetez, vendez ou échangez des cryptomonnaies. Les frais de négociation sont considérés comme des coûts pouvant être déduits du prix de vente lors de la vente de cryptomonnaie contre de la monnaie fiduciaire.

Vous pouvez également inclure les frais de négociation des transactions crypto provisoires à ceux au crypto dans le coût d’acquisition effectif de votre portefeuille. Cela signifie que tous les frais de négociation sont entièrement déductibles.

Si vous avez un grand nombre de transactions, la déduction des frais de négociation peut avoir un impact significatif sur votre impôt total à payer.

Formulaires fiscaux de crypto

Vous êtes tenu de déclarer tous les gains en capital provenant de la vente de cryptomonnaie en plus d’autres revenus tels que les récompenses minières dans votre déclaration des revenus.

Le Formulaire n°2042 est la principale déclaration de revenus dans laquelle vous devez déclarer tous les revenus d’emploi, les gains et les pertes de valeurs mobilières ou d’autres produits financiers, ainsi que vos gains, pertes et revenus de cryptomonnaie.

Il y a trois formulaires fiscaux que vous devez joindre au Formulaire n°2042 lors de la déclaration de vos crypto-taxes :

  • Formulaire n°2086 – Déclaration des plus ou moins values de cessions d’actifs numériques
  • Formulaire n°2042 C – Déclaration de revenus complémentaire
  • Formulaire n°3916-bis – Déclaration par un résident d’un compte d’actifs numériques ouvert, détenu, utilisé ou clos à l’étranger

Sur le Formulaire 2086, vous devrez répertorier toutes les transactions réalisant soit un gain en capital, soit une perte en capital au cours de l’année d’imposition. Ce formulaire est limité à 20 transactions, vous devrez donc peut-être consulter un conseiller fiscal si vous avez plus de transactions imposables que cela.

Lorsque vous avez calculé votre plus ou moins-value nette, remplissez simplement cette valeur sur le Formulaire 2042-C à la ligne 3AN si vous avez réalisé un gain net, ou à la ligne 3BN si vous avez réalisé une perte nette.

Comment déclarer vos impôts sur les cryptos ?

Une fois que vous avez tous vos formulaires fiscaux prêts, la dernière étape consiste à effectuer vos déclarations de revenus avant la date limite d’imposition.

Pour déclarer vos impôts en ligne, vous devez d’abord vous connecter à votre compte FranceConnect. À partir de ce portail, vous aurez accès à tous les formulaires requis et aux informations sur la façon de déclarer vos impôts.

Tous les contribuables français sont tenus de déclarer leurs impôts en ligne, sauf circonstances particulières rendant cela impossible.

Date limite de déclaration des impôts

La date limite de déclaration des impôts sur les cryptomonnaies est la même que la date limite de votre déclaration de revenus ordinaire. Comme dans d’autres pays européens, l’exercice comptable correspond à l’année civile et s’étend donc du 1er janvier au 31 décembre.

Il existe trois dates limites pour la déclaration de revenus en France qui dépendent du département auquel vous appartenez :

  • 26 mai 2022 : départements 1 à 19 et non-résidents
  • 1er juin 2022 : départements 20 à 54
  • 8 juin 2022 : départements 55 à 976

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[ad_2]

Source link