Sélectionner une page

[ad_1]

La cryptosporidiose a été signalée chez diverses espèces de reptiles. Cette maladie semble être courante dans les populations sauvages et captives de reptiles, et la transmission se fait par voie fécale-orale. Les reptiles infectés peuvent ne pas exprimer de symptômes, mais sont des excréteurs sporadiques d’oocystes (œufs). Les signes cliniques de l’infection à Crypto comprennent la régurgitation et la perte de poids accompagnées d’un élargissement anormal de la couche muqueuse de l’estomac.

Le diagnostic de la cryptosporidiose peut être difficile. Une méthode de diagnostic est l’identification des oocystes dans un échantillon fécal via une coloration acido-résistante. Une coloration acido-résistante négative indique seulement que le reptile ne muait pas au moment de l’échantillonnage et ne signifie pas que l’animal est exempt de Crypto. La pratique courante consiste à tester trois fois avant de supposer que l’animal est indemne de la maladie. L’endoscopie, y compris le lavage gastrique et la biopsie, peut également être utilisée pour identifier cette maladie.

Les espèces de cryptosporidiose les plus courantes chez les reptiles sont C. serpentis, C. muris et C. parvum. Il a été suggéré que les occystes de C. parvum (à base de souris) trouvés provenaient probablement de rongeurs ingérés par les reptiles plutôt que d’une infection réelle de Crypto. Cette possibilité concernant C. parvum infectant les reptiles ne peut être totalement exclue que par des études biologiques et génétiques supplémentaires approfondies.

En mars 1999, le zoo de Saint Louis a lancé un programme de diagnostic-euthanasie après l’identification de Cryptosporidium chronique chez les serpents de leur établissement. Pour surveiller l’efficacité des mesures de contrôle, des échantillons ont été périodiquement prélevés sur des serpents pendant une période d’un an. Juste après le début de la mesure de contrôle, 5 des 10 et 8 des 17 échantillons de serpents étaient positifs pour Crypto en mai et juin 1999, respectivement. Par la suite, seul 1 des 45 échantillons de serpents prélevés à cinq périodes différentes était positif pour la cryptosporidiose.

Il n’existe actuellement aucune stratégie de lutte efficace contre Cryptosporidium chez les reptiles. Dans une étude à petite échelle, il a été démontré que les serpents atteints de Cryptosporidium clinique et subclinique pouvaient être traités efficacement (non guéris) avec du colostrum bovin hyperimmun élevé contre C. parvum. Une hygiène stricte et la mise en quarantaine des animaux infectés et exposés sont obligatoires pour le contrôle de la cryptosporidiose, mais la plupart des euthanasies des personnes infectées. La meilleure méthode pour empêcher la propagation de Crypto est d’euthanasier les reptiles infectés.

Les crypto oocystes ne sont neutralisés que par exposition à une chaleur humide entre 113°F et 140°F pendant 5 à 9 minutes et par désinfection avec de l’ammoniac (5%) ou une solution saline formelle (10%) pendant 18 heures. Les désinfectants inefficaces comprenaient les idophores (1 % à 4 %), l’acide crésylique (2,5 % et 5 %), l’hypochlorite de sodium (3 %), le chlorure de benzalkonium (5 % et 10 %) et l’hydroxyde de sodium (0,02 m). Tout ce qui aurait pu être en contact avec un reptile infecté doit être soigneusement nettoyé avec une solution d’ammoniaque et laissé sécher pendant au moins 3 jours.

[ad_2]

Source by Stephanie Kunder