Sélectionner une page

comment investir dans une société de biotechnologie

[ad_1]

Les groupes de biotechnologie ont bonne réputation en France. Certaines de ces sociétés innovantes du secteur médical ont connu une progression remarquable ces 25 dernières années en particulier grâce aux compétences des chercheurs ainsi que par l’intermédiaire d’une politique incitative à l’innovation. Café de la Bourse analyse les raisons de cet engouement et aborde les différents aspects à maîtriser pour investir avec succès dans le secteur des biotechs.

Le grand public entend souvent par le terme biotechnologies, l’ensemble des startups liées à la recherche médicale et pharmaceutique. Ce n’est pas tout, les « biotechs » concernent également d’autres secteurs tels que ceux des biocarburants, de l’agriculture ou encore de l’industrie, pour en citer les principaux exemples.

Découvrez l’ensemble des biotechs françaises classées par capitalisations boursières, les risques liés à ces types d’investissements, ainsi que notre sélection des actions biotechs en Bourse en 2024 bénéficiant d’une trésorerie solide combinée à un pipeline de projets diversifiés.

Qu’est-ce qu’une biotech ?

biotechnologie-investir-biotech
Le terme « biotechnologie ou biotech » désigne l’ensemble des recherches scientifiques, des applications et des technologies liées au vivant, d’où le terme « bio ».

Développement de nouveaux traitements pharmaceutiques, recherches génétiques ou génomiques, oncologie, modélisations, physique et chimie du vivant n’en sont que quelques exemples.

La médecine régénératrice à base de cellules souches en est encore à un stade précoce, mais possède d’ores et déjà des applications intéressantes.

L’alliance de la technologie à l’homme fait également partie du secteur des biotechnologies, lentilles pour diabétiques, implants neuronaux auto-adaptatifs permettant de réduire sensiblement les effets de la maladie de Parkinson, puces numériques sous cutanées (des milliers de suédois l’utilisent quotidiennement), etc. Sans oublier les avancées de la bio robotique, un professeur japonais peut à ce jour effectuer une opération chirurgicale du cerveau ultra complexe à distance sur un patient américain !

Les prothèses biocompatibles ont également fait un pas de géant ces dernières années, comme en témoignent par exemple les réparations de valves cardiaques réalisées par cathéters, tandis qu’il fallait encore les réaliser à cœur ouvert il y a quelques années.

Pour les personnes amputées, les premières prothèses bioniques font déjà leurs apparitions.

Outre le secteur médical, de nombreux autres domaines ont leur place dans le vaste monde des biotechnologies. L’agriculture notamment, avec les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) permettant d’optimiser les récoltes ; le monde marin avec l’étude des algues et leurs éventuelles applications sous forme de biocarburants ; ainsi que l’industrie avec les mutagenèses chimiques, les bioénergies ou encore biomasses.

Saviez-vous que même dans le numérique, les biotechnologies du vivant ont leur place. Microsoft et IBM effectue des recherches sur les futurs processeurs à base d’ADN par des outils issus de la biologie moléculaire. Leur puissance pourrait être inégalée.

.

Les biotechnologies sont classées par catégories. Les rouges concernent le médical, les vertes le végétal, les bleues font relation aux biotechnologies marines, tandis que les blanches sont liées à l’industrie.

Les biotechs : un marché à la croissance fulgurante

Au cours des 15 dernières années, le secteur des biotechs a pris un poids considérable avec la montée des cours et une vague d’introductions en Bourse d’une grande ampleur. Nous sommes passés de 10 biotechs cotées à Paris, à 49 aujourd’hui. Certaines des valeurs Biotech ont enregistré de très belles performances comme c’est le cas pour l’action Ipsen (IPN) qui a fait plus de 370 % au cours des 10 dernières années, ou l’action BioMérieux (BIM) qui affiche +270 % sur la même période. Attention toutefois car si la mode des Biotech a pu être impressionnante jusqu’en 2020, certaines valeurs biotech ont connu des corrections violentes en Bourse depuis, comme l’action Genfit (GNFT) qui a chuté de 85 % en moins de 5 ans.

La vitalité du secteur tient à plusieurs facteurs : innovations, progrès médicaux et scientifiques, biotechnologies industrielles, etc. On assiste à de grandes innovations dans les domaines de la cancérologie, de l’immunologie, des prothèses. De plus, les géants de l’industrie pharmaceutique (Pfizer, Sanofi, etc.) ont besoin des innovations des biotechs car ils n’arrivent plus à renouveler seuls, leurs portefeuilles de projets et produits.

De plus, depuis une vingtaine d’années, la France incite les chercheurs à créer des startups par le biais de nombreux dispositifs avantageux : la réforme du statut du chercheur, les fonds d’amorçage, le crédit impôt-recherche et les investissements de la BPI.

Le dynamisme de ce secteur a donc encore de beaux jours devant lui.

Les biotechs : un secteur populaire difficile à comprendre

Le secteur des biotechs est très populaire auprès des actionnaires individuels, bien qu’il soit assez technique, avec des innovations très compliquées à comprendre. En effet, la part de souscriptions venues d’investisseurs particuliers individuels, est particulièrement importante, bien plus que dans d’autres secteurs. Pour investir dans le secteur, il suffit de posséder un PEA, voire un compte titres. Ce sont des « boursicoteurs », plutôt actifs, séduits par le potentiel de gain que représente le secteur.

Pour investir dans les biotechs, on peut souscrire à ces sociétés au moment de l’introduction en Bourse ou sur le marché secondaire, mais il existe aussi des fonds spécialisés dans ce secteur comme les fonds Axa Framlingtion Biotech Fund, Gestys Santé Biotech ou encore Credit Suisse (Lux) Global Biotech Innovators Equity Fund Class B USD Acc.

Voici aussi la liste de 4 ETF offrant une exposition ciblée sur les actions biotechs :

Invesco Nasdaq Biotech UCITS ETF (ISIN : IE00BQ70R696)

iShares Nasdaq US Biotechnology UCITS ETF (ISIN : IE00BYXG2H39)

WisdomTree BioRevolution UCITS ETF (ISIN : IE000O8KMPM1)

First Trust NYSE Arca Biotechnology UCITS ETF (ISIN : IE00BL0L0H60)

Si le programme de développement est très long, l’investisseur n’a pas besoin d’attendre 15 ans et/ou que le médicament soit commercialisé pour profiter d’une création de valeur.

Il existe en effet des leviers de création de valeur à chaque étape du développement d’un projet : par exemple, une signature d’accord de licence avec un grand groupe.

Ces sociétés de biotechnologie peuvent aussi se faire racheter. En effet, investir dans une PME a un intérêt spéculatif bien réel.

C’est effectivement un marché avec beaucoup de bonnes surprises. Lorsque des projets de médicaments ont été sous-estimés, il est possible de voir un cours faire +50  % ou +100%.

Classement des groupes de biotechnologie français selon leur capitalisation boursière

« L’écosystème » des sociétés de biotechnologies est riche en France. La bonne réputation des chercheurs de notre pays y joue son rôle, soutenue par un contexte favorable et incitatif à l’innovation.

Elles ne sont pourtant pas toutes cotées en Bourse. Certaines, moins connues, travaillent sur des projets prometteurs. On peut citer par exemple, la petite PME Française GREENSEA, fondée en 1988, développant des micros-algues pour des applications de biomasses vivantes pour l’aquaculture, des actifs naturels marins pour la cosmétique et des compléments alimentaires, ainsi que des pigments fluorescents pour des applications de diagnostics médicaux.

Voici la liste des 10 actions biotechs les plus importantes cotées sur la place boursière Euronext Paris classées par leurs capitalisations boursières décroissantes (au 14 mars 2024) :

  1. Action Abivax (ABVX) : 2,3 milliards d’euros
  2. Action Ipsen (IPN) : 1,9 milliard d’euros
  3. Action Valneva (VLA) : 1,6 milliard d’euros
  4. Action Innate Pharma (IPH) : 1,4 milliard d’euros
  5. Action Genfit (GNFT) : 1,3 milliard d’euros
  6. Action BioMérieux (BIM) : 1,2 milliard d’euros
  7. Action Galapagos (GLPG) : 1,1 milliard d’euros
  8. Action Novacyt (NVCYT) : 1 milliard d’euros
  9. Action Horiba Medical (HOR) : 900 millions d’euros
  10. Action Eurobio Scientific (ALBIO) : 168 millions d’euros

Sur un total de plus de 1 300 sociétés cotées sur la place boursière Euronext Paris, 35 concernent des sociétés de biotechnologies, soit plus de 2,69 % de la cote. On peut rajouter 25 autres sociétés Biotech si on prend en compte la place Euronext Growth.

Ce chiffre est bas en comparaison avec les autres pays européens dont voici quelques exemples :

  • Allemagne : 5,4 % (40 sur 740 sociétés) ;
  • Belgique : 16,6 % (20 sur 120 sociétés) ;
  • Royaume-Uni : 7,14 % (100 sur 1 400 sociétés) ;
  • Italie : 5,35 % (15 sur 280 sociétés).

Néanmoins, les États-Unis et le Canada en dénombrent davantage : 6,61 % et 5,7 %. Étonnamment, pour une grande puissance économique assez axée sur les technologies, le Japon en compte assez peu : 0,69 %. Il en est de même pour la Chine avec 0,67 %.

Il existe également un indice créé le 7 avril 2008 comprenant l’ensemble des sociétés de biotechnologies cotées sur les marchés Euronext et Alternext (France, Pays-Bas, Belgique, Portugal, ainsi que certaines valeurs cotées au Royaume-Uni). Il s’agit de l’indice NEXT BIOTECH composé actuellement de 63 actions biotechnologies.

Investir dans les actions biotech présente des risques

La création de valeur est proportionnelle au risque dans le secteur des biotechs. Il faut bien considérer qu’il existe un risque très élevé car ce sont des sociétés qui, pour la plupart, perdent de l’argent. Cela fait partie de leurs modèles économiques.

Ces startups se caractérisent par un fort « cash burn », et si la société échoue, les actionnaires subissent des pertes majeures car les fonds propres sont très faibles.

Il existe également un risque financier. Car les biotechs dépendent souvent des marchés des capitaux par l’intermédiaire des levées de fonds. Si leur enthousiasme est ralenti (comme cela peut être le cas lors des crises boursières), les financements des biotechs en pâtissent.

Biotech : nos conseils pour investir dans la biotechnologie

Comme toujours, pour investir en Bourse, la diversification est de mise. N’investissez qu’une part minoritaire de votre portefeuille car les biotechs sont très volatiles.

Réfléchissez à la perte que vous êtes prêt à encaisser et investissez de l’argent que vous êtes non seulement prêt à perdre mais aussi de l’argent dont vous n’avez pas besoin à court terme.

Ce sont des sociétés compliquées à comprendre pour lesquelles il est préférable de s’intéresser aux sujets, aux concurrents, aux grands groupes pharmaceutiques qui, en s’alliant ou en rachetant ces biotechs, peuvent contribuer aux futurs leviers de création de valeur.

Notre sélection de 3 biotechs en Bourse à la trésorerie solide

Notre critère principal afin de retenir des sociétés de biotechnologies solides est celui de leur position cash (trésorerie), critère indispensable pour « voir venir » et disposer de financements suffisants pour « ne pas être pris de court » et faire aboutir sereinement leurs pipelines de recherches thérapeutiques.

Trésorerie pour les Biotechs françaises

Cash-Biotechs-FR-S1-2023

Source : BiotechBourse.fr

Le critère secondaire nous ayant paru important est la sélection de projets qui ont un impact conséquent en termes de pathologies (grand nombre de patients). Nous avons donc évité les sociétés biotechnologiques qui ont des projets axés sur les pathologies rares.

Action Valneva : la biotech spécialisée dans la recherche développement de vaccins

Position cash de Valneva : 204,4 millions d’euros au 30/06/2023

Typologie des projets de Valneva : Valneva est spécialisée dans la recherche développement et la production de vaccins. Valneva se concentre sur les vaccins contre les maladies qui présentent des besoins médicaux importants et non satisfaits.

En 2023, elle a obtenu une autorisation de mise sur le marché aux États-Unis pour un vaccin à injection unique contre le chikungunya. Après avoir obtenu une autorisation de mise sur le marché d’un vaccin à technologie traditionnelle contre le Covid-19, elle a renoncé à la commercialisation en 2023.

Graphique 1 an de l’action Valneva en Bourse

Graphique 1 an evolution cours Bourse action Valneva mars 2024

Source : ProRealTime Web

Action DBV : la biotech qui lutte contre les allergies

Position cash de DBV : 160,1 millions d’euros au 30/06/2023

Typologie des projets de DBV : la mission de DBV Technologies consiste à aider les individus affectés par des allergies alimentaires et divers troubles immunitaires.

La trésorerie de DBV Technologies devrait financer les opérations jusqu’à fin 2024. DBV Technologies a enregistré une perte nette de -72,7 M$ pour l’exercice 2023, contre -96,3 M$ l’année précédente.

Graphique 1 an de l’action DBV en Bourse

Graphique 1 an evolution cours bourse action DBV mars 2024

Source : ProRealTime Web

Action Innate Pharma : la biotech qui lutte contre le cancer

Position cash de Innate Pharma : 124 millions d’euros au 30/06/2023

Typologie des projets de Innate Pharma  : Innate est spécialisée en immuno-oncologie et dédiée à l’amélioration du traitement des cancers grâce à des anticorps thérapeutiques innovants exploitant le système immunitaire.

Innate Pharma effectue la majeure partie de ses recherches en oncologie (cancérologie) par le développement de thérapies médicamenteuses.

Graphique 1 an de l’action Innate Pharma en Bourse

Graphique 1 an evolution cours Bourse action Innate Pharma mars 2024

Source : ProRealTime Web

La trésorerie de Innate Pharma devrait financer les opérations jusqu’à fin 2024. Innate Pharma a annoncé qu’elle organisera une conférence téléphonique le jeudi 21 mars 2024 à la suite de la publication de ses résultats financiers pour l’exercice clos le 31 décembre 2023.

Quelques questions sur l’investissement Biotech en Bourse ?

Qu’est-ce qu’une Biotech ?
Une biotech est une société spécialisée dans les biotechnologies. On les assimile souvent aux Medtechs mais les biotechs recouvrent l’ensemble des recherches scientifiques, des applications et des technologies liées au vivant, ce qui inclue non seulement le médical mais aussi le végétal (et notamment les OGM), le monde marin avec l’étude des algues ou encore l’industrie avec les mutagenèses chimiques.

Quels avantages à investir dans une Biotech ?
Les Biotechs séduisent les investisseurs de par leur secteur d’activité. Elles symbolisent à elles seules l’avancée de la science et ses applications concrètes dans notre monde. Orientées sur des thématiques porteuses (énergies vertes, robotique, etc.), elles appartiennent à un secteur où la demande structurelle est très forte. Et en cas de réussite de leur projet, elles peuvent dégager des bénéfices colossaux.

Comment investir dans une Biotech ?
Il existe plusieurs moyens d’investir dans une biotech : soit en direct avec des titres vifs ou bien au travers de fonds spécialisés, que l’on pourra par exemple loger dans son PEA ou son PEA-PME pour profiter des avantages fiscaux de ces enveloppes. La valeur que vous convoitez n’est pas éligible ? Vous pouvez aussi avoir recours au compte-titres.

Quels risques à investir dans une Biotech ?
Le secteur des Biotechs est un secteur éminemment risqué et hautement spéculatif. Ces sociétés se caractérisent par un fort cash burn, c’est-à-dire que les liquidités sont massivement investies dans le projet, qui peut certes rapporter gros s’il est couronné de succès mais peut aussi conduire à de fortes pertes en cas d’échec, que les actionnaires subiront de plein fouet, les fonds propres des biotechs étant très faibles le plus souvent.

Source images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

[ad_2]

Source link

tout savoir sur l’investissement en ETF sur le S&P500

[ad_1]

Les ETF S&P 500 sont des trackers qui permettent de répliquer en Bourse la performance de l’indice S&P 500 avec un faible coût et avec une facilité remarquable, offrant ainsi une exposition diversifiée à l’ensemble de l’économie américaine.

Dans cet article, nous plongerons dans l’univers des ETF S&P 500, en explorant toutes leurs caractéristiques et en sélectionnant les meilleurs trackers S&P 500 disponibles en 2024.

Qu’est-ce qu’un ETF S&P 500 ?

Un ETF S&P 500, ou tracker S&P 500, est un type de fonds d’investissement listé en Bourse qui suit l’indice Standard & Poor’s 500, lequel est souvent utilisé comme baromètre de la performance boursière et économique des États-Unis. L’indice S&P 500 est composé des 500 entreprises les plus importantes et les plus représentatives de divers secteurs économiques, reflétant ainsi la santé globale des marchés boursiers américain.

Le fonctionnement de l’ETF S&P 500 est assez simple puisque lorsque l’indice S&P 500 monte ou baisse, la valeur de l’ETF suit cette tendance. Les ETF S&P 500 sont populaires car ils offrent une exposition à un large éventail d’entreprises américaines, et ils ont systématiquement (ou presque) des frais de gestion plus faible que les fonds gérés activement.

Un ETF S&P 500 vise à répliquer l’indice S&P 500, qui est pondéré selon la capitalisation boursière des entreprises qui le composent. Cela signifie que les entreprises avec une plus grande valeur de marché ont une plus grande influence sur la performance de l’indice. En effet, la pondération par capitalisation boursière signifie que les mouvements de prix des plus grandes entreprises ont un impact plus important sur la valeur de l’ETF.

Les principales entreprises composant l’indice S&P 500

Au 20 mars 2024, les 10 actions les plus importantes du S&P 500, en termes de poids dans l’indice, sont :

  1. Action Microsoft Corp (MSFT) – 7,29 %
  2. Action  Apple Inc. (AAPL) – 5,83 %
  3. Action  Nvidia Corp (NVDA) – 5,01 %
  4. Action  Amazon.com Inc (AMZN) – 3,75 %
  5. Action  Meta Platforms, Inc. Class A (META) – 2,52 %
  6. Action  Alphabet Inc. Class A (GOOGL) – 1,95 %
  7. Action  Berkshire Hathaway Class B (BRK.B) – 1,71 %
  8. Action Alphabet Inc. Class C (GOOG) – 1,66 %
  9. Action  Eli Lilly & Co. (LLY) – 1,40 %
  10. Action  Broadcom Inc. (AVGO) – 1,28 %
Consulter également notre guide Comment investir sur le CAC 40 en 2024 ?

Pourquoi investir dans un ETF S&P 500 ?

Lorsque vous investissez dans un ETF S&P 500, vous achetez un panier d’actions qui représente les 500 entreprises de l’indice. Cela signifie que vous n’avez pas besoin d’acheter individuellement des actions de chaque entreprise car l’ETF le fait pour vous. Cela en fait un choix attrayant pour les investisseurs qui cherchent à investir dans les marchés boursiers américain de manière efficace et à moindre coût.

De plus, en investissant dans un ETF S&P 500, vous obtenez une exposition reflétant la même pondération que l’indice lui-même (par capitalisation). C’est une forme de diversification automatique, car votre investissement est réparti sur un large éventail d’entreprises et de secteurs, en investissant plus sur les entreprises les plus capitalisées et moins sur les entreprises moins capitalisées, ce qui peut réduire le risque global de votre portefeuille boursier. Cela peut être effectivement bénéfique car ces grandes entreprises sont souvent plus stables et moins volatiles que les petites entreprises.

L’un des atouts des ETF, c’est qu’ils sont négociés en bourse, vous pouvez donc les acheter et les vendre tout au long de la journée de trading, tout comme des actions en Bourse.

Découvrir aussi notre dossier Comment investir en Bourse ? Guide 2024

Comment choisir l’un ETF S&P 500 dans lequel investir ?

Pour choisir un ETF S&P 500, il est crucial de considérer la méthode de réplication de l’indice (réplication intégrale, échantillonnage ou réplication synthétique), les frais de gestion, la taille et la liquidité du fonds, ainsi que le mode de traitement des dividendes (capitalisation ou distribution).

Il peut être judicieux de privilégier des ETF qui répliquent intégralement l’indice S&P 500, détenant ainsi toutes les actions qui le composent, plutôt que ceux qui utilisent l’échantillonnage, pour réduire le risque de « tracking error ». Le mode de réplication synthétique sera à choisir si vous souhaitez obtenir les frais les plus bas, ou dans le cadre d’optimisation fiscale avec un compte PEA.

Le choix entre un ETF capitalisant et un ETF distribuant dépend de vos objectifs d’investissement. Un ETF capitalisant réinvestit automatiquement les dividendes dans le fonds, ce qui peut être avantageux pour l’effet de composition et la croissance à long terme de votre investissement. C’est un choix pertinent si vous ne souhaitez pas recevoir de revenus réguliers et préférez que la valeur de votre investissement augmente grâce au réinvestissement des dividendes.

À l’inverse, un ETF distribuant verse les dividendes directement aux investisseurs, souvent de manière trimestrielle ou annuelle. Cela peut être intéressant si vous cherchez à générer un revenu passif ou si vous avez besoin de liquidités régulières. Cependant, dans un compte-titres ordinaire, un ETF distribuant pourrait entraîner des implications fiscales sur les dividendes reçus.

En résumé, si vous visez la croissance du capital à long terme sans besoin immédiat de revenus, un ETF capitalisant pourrait être plus approprié. Si vous recherchez un revenu régulier ou si vous investissez dans un cadre fiscal avantageux comme un PEA ou une assurance vie, un ETF distribuant pourrait être préférable.

Finalement, après avoir déterminé le type de réplication et le mode de traitement des dividendes que vous préférez, vous pouvez sélectionner deux ou trois ETF en comparant les frais de gestion. Enfin, la taille du fonds et la liquidité seront d’autres facteurs à considérer pour finaliser votre choix d’ETF S&P 500.

Comment acheter un ETF S&P 500 en pratique ?

Les ETF S&P 500 peuvent être achetés et vendus comme des actions ordinaires sur une bourse. Après avoir sélectionné le tracker S&P 500 adapté à vos besoins, vous aurez la possibilité de placer un ordre d’achat par l’intermédiaire d’un courtier en Bourse, ou par le biais de votre banque traditionnelle ou d’une banque en ligne, ou bien encore en utilisant les services d’un neo courtier Bourse.

Pour faciliter votre choix, vous pouvez consulter un tableau comparatif des différents ETF S&P 500 disponibles, en tenant compte de la taille du fonds et des frais associés.

Heat Map des 15 plus gros ETF S&P 500 en Europe

Heat Map 15 plus gros ETF S&P 500 Europe mars 2024

Quels sont les avantages et inconvénients des trackers S&P 500 ?

Investir dans un ETF S&P 500 offre plusieurs avantages mais aussi quelques inconvénients que nous allons vous expliquer ci-dessous.

Parmi les avantages, nous pouvons souligner qu’un ETF S&P 500 offre une exposition à un large éventail d’entreprises américaines, ce qui aide à diversifier le risque, et que les frais sont souvent parmi les plus bas en comparaison avec l’ensemble des ETF existants.

Comme ce sont des ETF très populaire et largement négociés, il n’y aura jamais de problèmes de liquidité sur les ETF S&P 500. De plus, les spreads bid ask seront nettement plus étroits que sur d’autres types d’ETF.

En ce qui concerne les inconvénients, nous pouvons souligner que les ETF S&P 500 n’offrent pas toujours une couverture au risque de change EUR / USD, vous pourriez donc être affecté par les variations des devises. Aussi, nous avons constaté que sur les 100 ETF S&P 500 disponible en Europe, seulement 9 sont éligibles au PEA. Si vous souhaitez investir sur le S&P 500 via votre PEA, ce sera possible mais vous n’aurez pas autant de choix et les frais seront un peu plus élevé.

Quels sont les meilleurs ETF S&P 500 ? Notre Top 3 trackers S&P 500 en 2024

Dans le cadre de cet article, nous avons procédé à une sélection rigoureuse d’ETF S&P 500 en privilégiant exclusivement ceux qui utilisent une méthode de capitalisation des dividendes. De plus, nous avons affiné notre choix en optant pour les ETF S&P 500 qui présentent les frais de gestion les plus bas, permettant ainsi de maximiser le rendement. Enfin, nous avons considéré le montant des capitaux sous gestion comme un indicateur de stabilité et de confiance, sélectionnant les fonds qui disposent de plus de 2,5 milliards d’AUM.

ETF SPDR S&P 500 UCITS ETF USD

ISIN : IE000XZSV718

Code ticker : SPYL

Frais : 0,03 % par an

Place Boursière : Euronext Amsterdam, Xetra-Frankfort, Boursa Italiana, SIX Swiss Exchange, London Stock Exchange

Capitaux sous gestion (AUM) : 2 702 millions USD

Créé le : 31 octobre 2023

Performance de l’ETF SPDR S&P 500 UCITS USD

Performance de ETF SPDR S&P 500 UCITS USD mars 2024

Source : JustETF

Découvrir aussi notre article Comment investir avec des ETP, ETF, ETN et ETC

ETF Invesco S&P 500 UCITS ETF

ISIN : IE00B3YCGJ38

Code ticker : P500

Frais : 0,05 % par an

Place Boursière : Euronext Amsterdam, Xetra-Frankfort, Boursa Italiana, SIX Swiss Exchange, London Stock Exchange

Capitaux sous gestion (AUM) : 18 073 millions USD

Créé le : 20 mai 2010

Performance 5 ans de l’ETF Invesco S&P 500 UCITS

Performance 5 ans de ETF Invesco S&P 500 UCITS mars 2024

Source : JustETF

ETF iShares S&P 500 Swap UCITS ETF USD

ISIN : IE00BMTX1Y45

Code ticker : I500

Frais : 0,05 % par an

Place Boursière : Euronext Amsterdam, Xetra-Frankfort, Boursa Italiana, SIX Swiss Exchange, London Stock Exchange

Capitaux sous gestion (AUM) : 3 592 millions USD

Créé le : 24 septembre 2020

Performance de L’ETF iShares S&P 500 Swap UCITS

Performance de ETF iShares S&P 500 Swap UCITS mars 2024

Source : JustETF

Consulter également notre article 10 outils web pour investir dans les ETF

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun. 

[ad_2]

Source link

qui sont les gagnants ?

[ad_1]

Les résultats annuels des entreprises cotées en Bourse au CAC 40 sont un baromètre clé de la santé financière et de la robustesse des géants de l’économie française. Alors que la saison des annonces de résultats des entreprises du CAC 40 se termine, nous allons voir ensemble quels sont les entreprises du CAC 40 qui s’en sont le mieux sorti et celles qui sont en queue de peloton.

Cet article propose une analyse des performances financières des entreprises du CAC 40, mettant en lumière les triomphes, les déceptions inattendues, et les secteurs qui ont su tirer leur épingle du jeu.

Bilan des résultats annuels des entreprises du CAC 40

Dans un contexte de marché en forte tendance haussière, les géants du CAC 40 ont dévoilé des résultats records pour l’année 2023, avec un bénéfice net cumulé historique s’élevant à 153,6 milliards d’euros, marquant une hausse notable par rapport aux 141 milliards d’euros de bénéfices de l’année antérieure.

Les actionnaires des entreprises du CAC 40 ont été les grands gagnants, récoltant 67,8 milliards d’euros en dividendes et 30,1 milliards d’euros via des rachats d’actions.

 

Évolution des résultats nets, des dividendes, des rachats d’actions et Top 5 des profits des entreprises du CAC 40 en 2023

evolution resultats nets dividendes rachats actions profits entreprises CAC 40 2023

Source : le Monde

Plus d’une décennie après la tourmente financière de 2008, les entreprises du CAC 40 ont finalement brisé le plafond des 150 milliards d’euros annuels, un exploit rendu possible grâce à la reprise post-Covid. Depuis, les sociétés du CAC 40 ont su préserver des niveaux de croissance impressionnants.

Le chiffre d’affaires combiné des 25 entreprises les plus prospères du CAC 40 a frôlé les 1 185 milliards d’euros en 2023, signalant une croissance robuste par rapport à l’année précédente, malgré une légère contraction des bénéfices. Les analystes financiers soulignent cependant que l’expansion du chiffre d’affaires est un indicateur plus important que les bénéfices, reflétant une dynamique de croissance économique renforcée.

Dans le sillage des marchés boursiers mondiaux en plein essor, il n’est guère surprenant que l’indice CAC 40 ait franchi le seuil historique des 8 000 points, une première dans l’histoire de la bourse de Paris.

Consulter également notre article CAC 40 au plus haut : comment investir ?

Top 3 des actions CAC 40 qui ont connus le plus grand succès

Dans le panorama économique français, le CAC 40 brille par la présence de multinationales qui définissent la puissance économique de l’hexagone. Parmi elles, trois entreprises se distinguent de par leur performance exceptionnelle en 2023 : TotalEnergies, Stellantis et LVMH. Ces fleurons de l’industrie française ont non seulement survécu aux turbulences économiques dues à la hausse des taux et à l’inflation, mais ont également prospéré, atteignant des sommets de réussite.

Action TotalEnergies

En 2023, TotalEnergies a affiché une performance financière remarquable, enregistrant un bénéfice net record de 21,4 milliards de dollars (environ 19,8 milliards d’euros), malgré un contexte économique difficile impacté par les prix du gaz et du pétrole. Le chiffre d’affaires TotalEnergies a atteint 237 milliards d’euros, en hausse de 31 % par rapport à 2022.

Ce résultat exceptionnel de TotalEnergies confirme la solidité et la résilience de la stratégie de l’entreprise, qui continue de se diversifier dans les énergies renouvelables tout en maintenant une forte présence dans les hydrocarbures traditionnels. Le rapport financier semestriel de TotalEnergies souligne également des avancées significatives dans les secteurs de l’Exploration-Production du Gaz Naturel Liquéfié intégré et de l’Énergie intégrée. Ces résultats financiers positifs reflètent l’engagement continu de TotalEnergies envers l’innovation et l’efficacité opérationnelle, ainsi que sa capacité à s’adapter aux défis du marché énergétique mondial.

Le cash-flow net opérationnel de TotalEnergies s’est élevé à 44,2 milliards d’euros, en hausse de 28 % par rapport à l’année précédente. Cette génération de cash-flow record permet à TotalEnergies de financer ses investissements et de rémunérer ses actionnaires.

Le conseil d’administration a proposé un dividende TotalEnergies de 6,95 euros par action TotalEnergies au titre de l’exercice 2023, en hausse de 6,5 % par rapport à 2022.

TotalEnergies : des investissements en capital disciplinés pour soutenir la transition

investissements en capital disciplines pour soutenir transition TotalEnergies

Source : TotalEnergies

Action Stellantis

En 2023, le groupe Stellantis a réalisé une performance financière exceptionnelle, avec des résultats record. Le chiffre d’affaires net Stellantis a atteint 189,5 milliards d’euros, affichant une hausse de 6 % par rapport à l’année précédente. Le bénéfice net Stellantis a connu une augmentation significative de 11 %, s’élevant à 18,6 milliards d’euros. De plus, le free cash-flow a augmenté de 19 %, pour un total de 12,9 milliards d’euros.

Stellantis a également connu une croissance remarquable dans le secteur des véhicules électrifiés, avec une augmentation des ventes de 27 % pour les véhicules hybrides rechargeables (PHEV) aux États-Unis, où ils occupent la première place, et une hausse de 21 % pour les véhicules électriques (BEV) à l’échelle mondiale. Ces performances financières robustes ont permis à Stellantis de redistribuer 6,6 milliards d’euros aux actionnaires, sous forme de dividendes et de rachat d’actions, ce qui représente une augmentation de 53 % par rapport à l’année précédente.

Le dividende Stellantis proposé pour l’année 2023 s’élève à 1,55 € par action Stellantis ordinaire, ce qui constitue une hausse d’environ 16 % par rapport à l’exercice précédent, sous réserve de l’approbation des actionnaires. Ces résultats démontrent la solidité de Stellantis et sa capacité à naviguer avec succès dans un environnement de marché complexe, tout en poursuivant ses objectifs ambitieux du plan Dare Forward 2030.

Résultats de Stellantis pour l’année 2023 : les chiffres à retenir

resultats Stellantis en image 2023

Source : Stellantis

Stellantis est confiant dans sa capacité à continuer à générer des résultats solides en 2024. Le groupe prévoit de poursuivre sa stratégie d’électrification et de développement des logiciels.

Action LVMH

Pour l’année 2023, le leader mondial des produits de luxe, a réalisé une année record avec un chiffre d’affaires LVMH s’élevant à 86,2 milliards d’euros, en croissance organique de 13 % par rapport à 2022. Le résultat opérationnel courant de LVMH a atteint 22,8 milliards d’euros, enregistrant une hausse de 8 %.

Le résultat net de LVMH a connu une augmentation de 8 %, pour s’établir à 15,2 milliards d’euros. Cette performance financière est le reflet de l’attraction exceptionnelle des marques de LVMH et de leur capacité à générer du désir malgré un contexte économique et géopolitique tendu.

Le conseil d’administration a proposé un dividende LVMH de 12 euros par action LVMH au titre de l’exercice 2023, soit une hausse de 20 %.

LVMH a également progressé dans des domaines clés tels que la protection de l’environnement, le développement des talents et la préservation des savoir-faire, tout en se préparant pour une année 2024 inspirante, marquée par le partenariat avec les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

Résultat opérationnel courant de LVMH en millions

Resultat operationnel courant LVMH en millions 2023

Source : LVMH

LVMH est confiant dans sa capacité à continuer de croître en 2024. Le groupe prévoit de poursuivre sa stratégie d’innovation et d’expansion géographique.

Top 3 des actions CAC 40 dont les résultats ont été les plus décevants

Dans un paysage économique fluctuant, certaines entreprises du CAC 40 ont connu des résultats plus mitigés, marqués par des résultats en dessous des attentes. Parmi elles, trois entreprises du CAC 40 affichent des performances particulièrement décevantes. Nous analyserons les cas de AirFrance KLM, de Société Générale et de Alstom, en quête de compréhension des facteurs ayant conduit à ces contre-performances.

Action AirFrance KLM

Le groupe Air France-KLM a connu une année 2023 financière contrastée, avec une forte reprise du trafic aérien en début d’année, suivie d’un ralentissement en fin d’année et une augmentation des coûts.

Les résultats financiers d’Air France-KLM en 2023 ont été jugés décevants pour plusieurs raisons. Malgré une augmentation du chiffre d’affaires et une amélioration du résultat opérationnel, le groupe Air France-KLM a enregistré une perte nette de 256 millions d’euros au quatrième trimestre, principalement due à un épuisement des pièces de rechange et à une pénurie de main-d’œuvre compétente. De plus, bien que l’année ait été record en termes de bénéfices, avec un résultat net de 934 millions d’euros, les analystes s’attendaient à un chiffre supérieur à un milliard d’euros. Cette attente non satisfaite a entraîné une chute de plus de 10 % de l’action d’Air France-KLM dans les premiers échanges à la Bourse de Paris après l’annonce des résultats.

Il est également mentionné que, bien que le groupe Air France-KLM n’ait pas réussi à reproduire sa performance record de l’année précédente, il a tout de même connu une hausse de son chiffre d’affaires. Cependant, le dernier trimestre a été particulièrement difficile, ce qui a affecté la perception globale de la performance annuelle du groupe.

2023 : une solide amélioration pour AirFrance KLM par rapport à 2022

Air France KLM 2023 UNE SOLIDE AMELIORATION PAR RAPPORT A 2022

Source : AirFrance KLM

Action Société Générale

Les résultats de la Société Générale pour l’année 2023 ont été considérés comme décevants pour plusieurs raisons. Premièrement, il y a eu une baisse significative des revenus, avec une réduction de 7,6 % par rapport à 2022. De plus, le groupe a subi une forte baisse de la marge d’intérêt dans la Banque de détail en France.

Les coûts d’intégration de LeasePlan, une entreprise de crédit-bail automobile acquise en 2022, ont également été élevés, ce qui a pesé sur les résultats financiers. En outre, le résultat net de la Société Générale a diminué de 60 % au quatrième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente, avec une rentabilité publiée à seulement 1,7%.

Ces facteurs, combinés à un environnement de marché difficile et à des défis opérationnels, ont contribué à une perception négative des résultats annuels de Société Générale, malgré les efforts de transformation et les mesures prises pour améliorer la performance à long terme.

Bilan 2023 et objectif 2024 de Société Générale

Bilan 2023 et Objectif 2024 Societe Generale

Source : Société Générale

Action Alstom

Les résultats d’Alstom pour l’exercice 2023 ont été jugés décevants principalement en raison d’un cash-flow négatif important. L’action d’Alstom a subi une chute significative de 38 % en Bourse après l’annonce de ces difficultés de trésorerie. Les investisseurs s’inquiètent de la santé financière de l’entreprise et des spéculations sur une possible augmentation de capital pour pallier ces problèmes.

Le groupe Alstom a rencontré des difficultés notamment liées à un décalage entre les commandes et les capacités à les honorer, ce qui a entraîné la constitution de stocks coûteux et une pression accrue sur la trésorerie. Alstom a indiqué que ces tensions sur la trésorerie étaient dues à une forte montée en puissance dans l’activité matériel roulant, ainsi qu’à la finalisation de projets hérités du portefeuille passé, pesant sur le cash-flow libre du premier semestre.

Malgré une demande très soutenue dans le secteur ferroviaire, Alstom doit accélérer la montée en cadence de ses usines pour honorer un carnet de commandes dépassant 87 milliards d’euros, ce qui nécessite des investissements importants. Ces facteurs, combinés à d’autres défis opérationnels, expliquent pourquoi les résultats financiers d’Alstom ont été perçus comme décevants malgré un solide positionnement sur le marché.

A noter que le 15 mars 2024, l’action Alstom quitte l’indice CAC 40, remplacée par l’action Accor, un changement dans la composition du CAC 40 décidé par le Conseil scientifique d’Euronext le 7 mars 2024.

Graphique cours de l’action Alstom en 2023 et début 2024

evolution cours Bourse action Alstom 2023 debut 2024

Source : Prorealtime Web

Les secteurs qui ont tiré le CAC 40 vers le haut

En 2023, l’indice CAC 40 a affiché une hausse impressionnante et une performance record. Cette tendance haussière est attribuable à l’essor de plusieurs secteurs déterminants.

Secteur de la tech

Les entreprises technologiques, comme Dassault Systèmes et Capgemini, ont joué un rôle crucial dans l’embellie du CAC 40, grâce à l’effet de mode pour l’IA et à l’accélération de la digitalisation des entreprises.

Secteur du luxe

Les titres des entreprises de luxe telles que LVMH, L’Oréal et Hermès ont enregistré une performance significative, stimulée par l’appétit soutenu des consommateurs chinois et américains pour les articles haut de gamme.

Secteur des énergies

Les compagnies énergétiques, y compris TotalEnergies et Engie, ont aussi vu leurs actions grimper, portées par l’escalade des tarifs du pétrole et du gaz naturel.

Les secteurs qui ont tiré le CAC 40 vers le bas

Malgré une performance globalement positive du CAC 40 en 2023, certains secteurs ont connu une performance décevante et ont tiré l’indice vers le bas. Parmi ces secteurs, on peut citer les suivants.

Le secteur bancaire

Les actions des banques françaises, comme Société Générale, ont connu une baisse en 2023. Cette baisse est due à plusieurs facteurs, notamment les anticipations de baisse des taux d’intérêt, la concurrence accrue des fintechs et l’incertitude économique.

Le secteur des télécommunications

Les actions des sociétés du secteur des télécommunications, comme Orange, ont également connu une baisse en 2023. Cette baisse est due à la guerre des prix dans le secteur et à la saturation du marché.

Le secteur de l’immobilier

Les actions des sociétés du secteur de l’immobilier, comme Klepierre, ont également connu une baisse en 2023. Cette baisse est due à la hausse des taux d’intérêt et à la baisse de la demande pour les bureaux et les centres commerciaux.

En conclusion, l’année 2023 a été une année contrastée pour le CAC 40, avec des performances sectorielles divergentes.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

[ad_2]

Source link

comment investir en 2024 ?

[ad_1]

L’entreprise bioMérieux, leader dans le domaine du diagnostic in vitro, a fait état d’un chiffre d’affaires supérieur aux attentes, mais le résultat opérationnel a baissé alors que les impacts négatifs liés au change sont plus importants que ce qui était attendu.

L’action bioMérieux (BIM) perd 1,75 % le 14 mars 2024 en Bourse après la publication de ses résultats. Faut-il investir en Bourse dans l’action bioMérieux en 2024 ? ActivTrades s’est penché sur la question et vous propose l’analyse détaillée de l’action bioMérieux éligible au PEA dans cet article.

Qui est bioMérieux ?

bioMérieux est une entreprise française à la portée mondiale, puisque plus de 90 % de ses ventes se font à l’étranger, qui propose des solutions de diagnostic pour aider les professionnels de santé du monde entier. Son objectif est de leur offrir des solutions pertinentes et professionnelles leur permettant d’identifier plus facilement et plus rapidement les maladies et les sources de contamination.

L’entreprise a deux domaines principaux d’expertise : bioMérieux Diagnostic et BioFire, qui se concentrent sur les applications cliniques pour le diagnostic des maladies chez l’homme (les applications cliniques représentent le plus gros de son chiffre d’affaires et près 84 % de ses ventes en 2023), et bioMérieux Industry, qui propose des solutions pour le contrôle microbiologique dans l’industrie (16 % du total des ventes en 2023).

Pour lutter contre les ennemis invisibles, l’entreprise bioMérieux s’engage dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques, ainsi que le diagnostic du sepsis et d’autres pathologies aiguës. Elle développe également des solutions pour le contrôle microbiologique dans l’industrie alimentaire et pharmaceutique. Pour cela, cet acteur majeur du diagnostic in vitro innove constamment autour de 3 technologies principales, à savoir la microbiologie, l’immunoessais et la biologie moléculaire.

Cours bioMérieux : cours de l’action bioMérieux en Bourse

L’entreprise bioMérieux enregistre une performance solide dans un environnement post-COVID

Comme toute entreprise biotechnologique, bioMérieux a bénéficié de la pandémie qui a engendré un contexte d’urgence où la recherche de traitements et de vaccins est devenue une priorité absolue.

La gamme BioFire de la branche biologie moléculaire de son activité clinique a par exemple connu une demande croissante pendant la pandémie, car ces produits étaient capables de détecter près de 20 virus responsables d’infections respiratoires, y compris le SARS-CoV-2.

Le niveau de référence et de comparaison pour 2023 est donc élevé !

Malgré cela, l’entreprise bioMérieux continue d’afficher des chiffres en progression, car d’après d’Alexandre Mérieux, PDG de bioMérieux depuis 2014, « la reconnaissance de la valeur du diagnostic et des solutions moléculaires » a été confirmée pendant la pandémie de Covid-19.

En 2023, bioMérieux enregistre une augmentation de son chiffre d’affaires de 6,6 % à 3 675 millions d’euros en données comparables (ou +2,4 % en données publiées), mais son résultat net, part du Groupe, diminue de 7,4 % à taux de change et périmètre constants (-21 % en données publiées) à 358 millions d’euros.

Cette baisse est principalement attribuée à la dépréciation comptabilisée sur le goodwill, à des résultats moins importants de la société chinoise Hybiome acquise en 2018 et à l’impact des effets de change plus importants que prévu.

L’année 2024 s’annonce prometteuse pour l’entreprise bioMérieux qui anticipe une croissance du chiffre d’affaires attendue entre + 6 % et + 8 % à taux de change et périmètre constants et un résultat opérationnel contributif avant éléments non récurrents qui devrait croître d’au moins + 10 % à taux de change constants.

Comprendre la pertinence du diagnostic in vitro dans le secteur de la santé et ses perspectives de croissance

Le domaine du diagnostic in vitro joue un rôle crucial dans le secteur de la santé en permettant l’utilisation de prélèvements biologiques (sang, urine, tissus, sécrétions nasales, liquide amniotique…) dans des analyses poussées permettant de faire un diagnostic sur des maladies, d’évaluer un quelconque risque ou encore de s’assurer de l’efficacité de certains traitements.

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « plus de 40 000 produits sont aujourd’hui disponibles pour les tests de diagnostic in vitro […]. Il s’agit de tests traditionnels en laboratoire, les échantillons étant envoyés à un laboratoire central pour analyse, et de tests sur le lieu de soins, qui peuvent être réalisés à proximité ou sur le lieu de soins du patient ».

Grâce aux diagnostics, les systèmes de santé disposent d’informations cruciales pour améliorer la prise en charge des patients via une identification plus rapide et plus fiable des maladies, permettant entre autres une réduction du temps d’hospitalisation, mais aussi une adaptation des traitements aux caractéristiques individuelles des patients pour une meilleure efficacité et une réduction des effets secondaires.

D’après Grand View Research, la taille du marché mondial des diagnostics in vitro a atteint 77,92 milliards de dollars en 2023 et devrait atteindre 78,42 milliards de dollars en 2024. Il devrait progresser à un taux de croissance annuel composé de 4,4 % entre 2024 et 2030 pour atteindre un total de 101,58 milliards de dollars en 2030.

La progression de dispositifs de détection précoce des maladies dotés de technologies avancées, l’évolution des systèmes de diagnostic in vitro automatisés et décentralisés, l’augmentation de la fréquence des maladies et le vieillissement de la population sont autant de moteurs de croissance qui devraient favoriser le secteur dans les années à venir d’après le cabinet de conseil.

Analyse technique de l’action bioMérieux en 2024

L’action bioMérieux a perdu plus de 2 % depuis janvier, a gagné plus de 3,30 % depuis 1 an et a pris plus de 36 % depuis 5 ans. Après avoir perdu presque 4,50 % par rapport au cours de clôture d’hier le 14 mars, l’action bioMérieux, cotée sur la Bourse de Paris, regagne du terrain et ne perd plus que 1,78 % au moment de l’écriture à 98,66 euros.

Les cours de l’action bioMérieux évoluent sous le nuage Ichimoku avec un RSI en baisse et sous le niveau neutre des 50. La configuration technique est donc plutôt baissière tant que les cours de Bourse de bioMérieux se trouvent sous le nuage de l’indicateur japonais avec des zones de support autour des 97,32 euros, des 96,21 euros, des 95,193 euros et des 94,083 euros à surveiller.

D’un autre côté, le nuage d’Ichimoku est relativement petit, ce qui signifie qu’il serait simple pour l’action bioMérieux de le franchir. Dans ce cas, les autres lignes de l’indicateur comme la Tenkan Sen (courbe bleue sur le graphique) et la Kijun Sen (courbe rouge sur le graphique) seront à dépasser. Les traders auront également à surveiller les zones de résistance autour des niveaux des 100,09 euros, des 101,112 euros et des 102,685 euros.

Analyse graphique de l’action bioMérieux en Bourse

Graphique Evolution Action bioMérieux Mars 2024Source : Plateforme de trading d’ActivTrades 100 % en ligne (ActivTrader)

Faut-il investir dans l’action bioMérieux en 2024 ? Avis ActivTrades

Investir dans l’action bioMérieux en 2024 peut être intéressant au vu du secteur dans lequel l’entreprise évolue et des perspectives de croissance de l’industrie de la santé. Cependant, malgré les prévisions optimistes de l’entreprise pour l’année 2024, l’évolution du cours de Bourse de l’action bioMérieux risque d’être limitée autour des 100 euros sans innovation majeure.

L’action bioMérieux n’est pas vraiment une option pour les investisseurs de croissance (gestion growth), ni pour ceux qui investissent en Bourse en se basant sur les dividendes, car ces derniers n’ont pas augmenté cette année (ils sont cependant passés de 0,35 euro par action bioMérieux en 2018 à 0,85 euro en 2023). Certains concurrents comme Abbott pourraient offrir de meilleures opportunités de trading en fonction de votre profil.

3 raisons d’acheter l’action bioMérieux en 2024

  1. Le marché du diagnostic in vitro est en pleine croissance, porté par le vieillissement de la population, l’augmentation des maladies chroniques et l’essor des technologies de diagnostic.
  2. Il s’agit d’un acteur international bien positionné pour maximiser l’utilisation de l’évolution technologique dans son offre pour s’adapter aux nouveaux modèles de santé et enjeux sanitaires mondiaux.
  3. L’entreprise bioMérieux pourrait profiter d’un nouveau potentiel de croissance avec un segment relativement nouveau pour elle : celui des tests de diagnostics décentralisés (hors hôpital).
Consulter également notre article 3 actions prometteuses en Bourse pour 2024

3 raisons d’éviter l’action bioMérieux en 2024

  1. L’entreprise a voté pour un dividende bioMérieux stable de 0,85 euro par action.
  2. Le secteur du diagnostic in vitro est très concurrentiel.
  3. Les résultats de l’entreprise bioMérieux sont fortement soumis aux fluctuations des devises et aux risques réglementaires.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une  prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de  CafedelaBourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de CafedelaBourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

[ad_2]

Source link

comment en profiter en bourse ?

[ad_1]

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le taux d’obésité chez les adultes a plus que doublé depuis 1990 alors qu’il a quadruplé chez les enfants. Or l’obésité peut entraîner de nombreux effets néfastes sur la santé, comme l’augmentation du risque de diabète de type 2, entre autres. Avec une personne sur huit dans le monde étant obèse en 2022, cette situation représente une menace pour la santé publique et nécessite des mesures pour y remédier.

Une lueur d’espoir semble émerger avec l’avènement de nouveaux médicaments se basant sur l’action de l’hormone GLP-1. Les entreprises proposant de tels traitements pourraient donc représenter des opportunités d’investissement intéressantes. L’industrie des traitements contre l’obésité pourrait en effet représenter 77 milliards de dollars américains d’ici 2030 d’après Morgan Stanley et 100 milliards selon Barclays.

En investissant en Bourse dans ce marché en pleine expansion, les investisseurs pourraient non seulement bénéficier de rendements potentiellement attractifs dans le temps, mais aussi contribuer à la lutte contre cette maladie majeure. Découvrez aussi dans cet article notre analyse des actions de sociétés qui se positionnent sur les médicaments GLP-1 comme l’action Novo Nordisk et l’action Eli Lilly.

Le GLP-1, c’est quoi ?

Les médicaments GLP-1 (Glucagon-like peptide-1) agissent en stimulant la sécrétion d’insuline après les repas, ce qui améliore le contrôle glycémique et favorise la satiété, conduisant ainsi à une perte de poids durable. Ils sont spécifiquement conçus pour cibler les personnes souffrant de diabète et/ou d’obésité, offrant ainsi un potentiel thérapeutique prometteur dans la gestion de ces conditions médicales.

Pourquoi et comment les médicaments GLP-1 révolutionnent-ils le secteur de la santé ?

Ces traitements, qui reproduisent les hormones intestinales, présentent un intérêt particulier, car ils ont le potentiel d’agir en tant qu’agents thérapeutiques polyvalents, traitant ainsi d’autres problèmes de santé majeurs que le diabète de type 2 et l’obésité. Ils offrent ainsi une approche holistique pour améliorer l’état de santé global de la population souffrant de maladies chroniques multiples.

Des études préliminaires suggèrent qu’ils pourraient en effet potentiellement réduire le risque de complications liées à l’obésité, notamment en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires et respiratoires (crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, apnée du sommeil…).

Médicaments GLP-1 : comment investir en Bourse pour profiter de cette révolution dans la santé ?

Il existe deux méthodes populaires pour investir en Bourse et profiter de cette nouvelle tendance. Vous pouvez investir dans un panier de sociétés biopharmaceutiques spécialisées dans la recherche de solutions contre l’obésité via un investissement dans des ETF et trackers comme le Tema Cardiovascular and Metabolic ETF ou le Solactive Obesity Index par exemple. Vous pouvez aussi choisir d’acheter des actions d’acteurs du secteur en fonction de votre stratégie de stock-picking.

Analyse de l’action Novo Nordisk (NVO) en Bourse

Populaire action de croissance (growth), l’entreprise danoise Novo Nordisk propose aussi ses actions sur le marché boursier américain du NYSE. Depuis l’année 2019, l’action Novo Nordisk n’a connu que des années de hausse, passant de 23,07 $ à plus de 133 $ aujourd’hui, soit un gain de plus de 475 % sur la période. En 2023, le titre Novo Nordisk a gagné 52,87 % et il gagne déjà presque 29 % depuis janvier 2024.

L’action Novo Nordisk a d’ailleurs touché un plus haut à 138,28 $ le jeudi 7 mars, grâce aux retours sur les tests de son nouveau médicament contre l’obésité – l’Amycretin – qui montrent des résultats de perte de poids prometteurs. Novo Nordisk est ainsi devenue la 12e plus importante société au monde, passant devant le populaire constructeur de voitures électriques Tesla​ !

Analyse de l’action Eli Lilly & Co (LLY) en Bourse

La hausse du cours de Bourse de l’action pharmaceutique Eli Lilly & Co est encore plus impressionnante, car l’action Eli Lilly & Co a gagné plus de 900 % entre 2017 et aujourd’hui avec des années de hausse constante. L’action Eli Lilly & Co est ainsi passée de 73,94 $ à 748 $ sur la période. En 2023, le titre Eli Lilly & Co a pris 59,34 % et depuis janvier 2024, elle gagne quasiment 29 %.

Le lundi 4 mars, l’action Eli Lilly & Co a atteint son plus haut historique à 800,78 $. Quelques jours avant, Bank of America avait augmenté son cours cible sur les actions Eli Lilly & Co à 1 000 $ alors qu’elle estime que les médicaments contre l’obésité de la société, comme Zepbound et Mounjaro, pourraient profiter d’opportunités supplémentaires au niveau des maladies cardiaques, de l’apnée du sommeil et des maladies du foie qui semblent largement sous-estimées par les investisseurs.

Les autres actions en Bourse à suivre pour profiter des GLP-1

D’autres acteurs majeurs du secteur de la santé, comme Pfizer, Amgen et Boehringer Ingelheim, ainsi que des sociétés de taille plus petite comme Viking Therapeutics ou Structure Therapeutics, montrent également un intérêt croissant pour les traitements de l’obésité.

Viking Therapeutics, une entreprise américaine axée sur le développement de thérapies pour les troubles métaboliques et endocriniens, a vu son médicament injectable, VK2735, surpasser le Zepbound d’Eli Lilly en termes de perte de poids lors d’un essai de phase II dont les résultats ont été publiés le 27 février 2024. L’action Viking Therapeutics (VKTX) gagne plus de 258 % depuis janvier 2024.

Structure Therapeutics, une biotech américaine, se concentre sur l’utilisation de produits biologiques et de peptides pour développer ses médicaments. Son traitement GLP-1 en phase 2, le GSBR-1290, est une solution par voie orale avec un processus de fabrication plus simple que les versions injectables actuelles avec une efficacité et une tolérabilité potentiellement supérieure. L’action Structure Therapeutics (GPCR) perd environ 11 % depuis janvier 2024, mais est en hausse de plus de 50 % sur 1 an.

Les investisseurs devront également surveiller les partenariats, les collaborations et les accords potentiels dans ce secteur, car les petites entreprises auront besoin du soutien des grands fabricants mondiaux pour mener à bien leurs recherches et lancer leurs médicaments. À l’inverse, les grandes entreprises cherchent à consolider leurs positions et à élargir leur portefeuille de produits contre l’obésité en acquérant des sociétés plus petites. Il faudra donc également suivre les opérations de fusion-acquisition.

Il faudra également considérer le fait que ces valeurs sont des actions qui peuvent certes rapporter beaucoup, mais qui sont donc proportionnellement risquées. Elles ne sont pas adaptées à tous les types de profil d’investisseur.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une  prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun. 

[ad_2]

Source link

CAC 40 à son plus haut : faut-il encore investir ?

[ad_1]

Atteignant des sommets historiques, le CAC 40 reflète non seulement la santé des quarante plus grandes entreprises cotées en Bourse en France, mais aussi les tendances et les aspirations d’une économie française en constante évolution.

Découvrez notre analyse fondamentale et techniques de l’indice CAC 40. Pourquoi le CAC 40 a atteint des niveaux records inédits en Bourse ? Quelles perspectives pour le CAC 40 pour la suite de l’année 2024 ? Comment investir dans le CAC 40 en 2024 ?

Pourquoi le CAC 40 a atteint les 8 000 points ?

banniere Freedom 24
Dans une tendance haussière impressionnante, le CAC 40 a franchi la barre psychologique des 8 000 points, suscitant un fort intérêt de la part des investisseurs et des analystes. Cette ascension de l’indice phare de la place parisienne s’explique par un concours de circonstances favorables. En premier lieu, les entreprises du CAC 40, qui sont les fleurons de l’économie française, ont dévoilé des résultats financiers très positifs pour 2023, témoignant d’une croissance soutenue des bénéfices annuels.

Par ailleurs, l’engouement pour les nouvelles technologies et l’intérêt pour l’intelligence artificielle a insufflé un vent d’optimisme chez les investisseurs du monde entier, anticipant une révolution industrielle imminente, sans oublier l’anticipation d’un assouplissement monétaire par les banques centrales qui laisse présager une diminution des taux d’intérêt directeurs courant 2024, et donc du poids de l’endettement pour les entreprises de croissance, renforçant ainsi l’attrait pour les actions en Bourse au détriment des obligations.

Il convient cependant de nuancer cette performance car le franchissement du seuil symbolique de 8 000 points par le CAC 40 ne reflète pas forcément la vigueur économique dans son ensemble, mais plutôt une conjoncture de marché particulière. Par exemple, la croissance n’est pas encore vraiment au rendez-vous en France en 2024, alors qu’il s’agit d’un élément pourtant crucial pour espérer une hausse durable des marchés boursiers.

Malgré tout, cet exploit boursier du CAC 40 marque un chapitre historique pour les actionnaires sur l’indice parisien, et confirme la confiance des investisseurs dans le dynamisme économique à venir.

Le CAC 40 peut-il poursuivre sa hausse en 2024 ?

 banniere Freedom 24
La question que tout le monde se pose maintenant, c’est de savoir si cette tendance haussière du CAC 40 peut se maintenir tout au long de l’année 2024.

Depuis le 1er janvier 2024, le CAC 40 a déjà enregistré une performance de + 6,46 %, ce qui représente quasiment la performance moyenne annuelle de l’indice au cours des dernières décennies, mais seulement un peu plus d’un tiers de la performance du CAC 40 en 2023.

Si l’indice CAC 40 a montré un léger signe de faiblesse au cours des 15 premiers jours de l’année 2024 avec une baisse de -2,50 %, depuis les cours du CAC 40 n’ont fait que grimper jusqu’à aujourd’hui. Une hausse de plus de 10 % depuis le 18 janvier 2024 qui efface la contreperformance du début d’année 2024 et les potentielles inquiétudes naissantes chez les investisseurs durant les premiers jours de l’année 2024.

Analyse graphique du CAC 40 du 1er janvier au 11 mars 2024

Evolution cours bourse CAC 40 1er janvier - 11 mars 2024

Source : ProRealTimeWeb 

Si l’on analyse la performance historique du CAC 40 sur les dernières décennies, on pourrait être tenté de conclure que l’indice CAC 40 a atteint un plafond et que les marchés pourraient ne pas monter beaucoup plus haut d’ici la fin de l’année 2024. Cette perspective prend en compte les cycles économiques passés et les seuils de résistance historiques. Cependant, en se focalisant sur les performances récentes, notamment celles observées l’année dernière sur le CAC 40 et même sur le Nasdaq, on constate une dynamique qui pourrait suggérer un potentiel de hausse subsistant. Les innovations technologiques (IA) et la baisse des taux d’intérêt par la BCE courant 2024 sont des facteurs qui pourraient continuer à propulser les marchés vers de nouveaux sommets. Ainsi, tout en restant conscients des enseignements du passé, il est crucial de considérer le contexte actuel et les tendances émergentes qui pourraient redéfinir les attentes et les possibilités de croissance future.
Freedom 24 : large sélection d’actions, ETF et produits dérivés + jusqu’à 6,38 % / an pour les dépôts en EUR*

*Votre capital est assujetti à un risque

Quels cours du CAC 40 en 2024 ? Nos prévisions

Après une année 2023 et un début d’année 2024 dynamiques, marquées par une hausse significative de l’indice CAC 40, les investisseurs s’interrogent sur la capacité de l’indice CAC 40 à poursuivre sur cette lancée durant le reste de l’année 2024. Découvrez notre analyse technique et graphique du CAC 40 avec notre avis sur le CAC 40 pour les mois à venir.

Analyse technique de l’indice CAC 40 en 2024

C’est toujours un exercice difficile de prévoir avec l’analyse technique jusqu’où les cours peuvent monter quand les prix se situent sur des plus hauts historiques. En l’absence de résistances techniques, il faudra se fier aux canaux de tendances pour définir un objectif de prix.

Ainsi, en suivant le canal de tendance haussier sur les prochains mois, un objectif pour le CAC 40 à 8 300 points en cas de poursuite de la hausse est plausible. Notons qu’il faudrait idéalement attendre un retour de l’indice CAC 40 sur le support à 7 980 points avant d’initier un éventuel achat sur le CAC 40.

Analyse graphique du CAC 40 en 2024

Analyse technique CAC 40 T1 2024

Source : ProRealTimeWeb

Dans le cas d’une cassure du niveau de support à 7 980 points, il faudrait se préparer à une forte correction pouvant entraîner l’indice CAC 40 jusqu’à 7 600 points. Notons toutefois que le bas du canal de tendance, autour des 7 800 points, devrait freiner la potentielle baisse du CAC 40, voire même engendrer un retour possible de la hausse.

CAC 40 à son plus haut : comment investir ?

 banniere Freedom 24
De nombreux investisseurs hésitent à investir quand les indices sont sur des plus hauts historiques, craignant (à juste titre) l’arrivée d’une correction des prix. Il faut donc prendre en compte le contexte, et si l’on doit se positionner en bourse sur un plus haut, adapter sa façon de faire. Voici 2 possibilités selon le profil d’investisseur.

Trader la baisse du CAC 40 à court terme

Pour spéculer sur la baisse du CAC 40 à court terme, les traders peuvent opter pour les contrats à terme, les turbos put ou encore les ETF inversés (ETF bear). Ces méthodes offrent un potentiel de profit dans un marché baissier et permettent de se couvrir contre les pertes potentielles sur des investissements en actions françaises cotées au CAC 40.

Cependant, ces méthodes pour anticiper la baisse du CAC 40 comportent des risques significatifs, notamment des pertes potentiellement illimitées, avec la vente à découvert par exemple. De plus, la volatilité du marché peut rapidement renverser les tendances, et les coûts associés au trading tels que les intérêts sur les emprunts peuvent éroder les gains rapidement. Une compréhension approfondie des mécanismes et des risques est cruciale avant de s’engager dans ces stratégies de trading à la baisse.

Investir dans le CAC 40 avec une stratégie de Dollar Cost Averaging (DCA)

Quand le CAC 40 est à un niveau élevé, investir dans l’indice CAC 40 via une stratégie de Dollar Cost Averaging (DCA) peut être considéré via un compte titres par exemple. Le Dollar Cost Averaging (DCA) consiste à investir régulièrement une somme fixe dans l’indice CAC 40, permettant ainsi de lisser le prix d’achat moyen sur le long terme. Cette approche de versement programmé présente l’avantage de réduire le risque d’acheter au plus haut l’indice CAC 40, car elle implique l’achat de titres à différents niveaux de prix, ce qui peut potentiellement diminuer le risque global du portefeuille boursier. De plus, la stratégie DCA est accessible et peut être automatisée dans le cadre d’un plan d’investissement, ce qui convient aux investisseurs qui préfèrent une approche passive des marchés.

Cependant, cette méthode de plan d’investissement a aussi ses inconvénients. Le DCA ne permet pas de maximiser les performances du CAC 40 puisque cette technique ne capitalise pas sur les périodes de baisse significative des prix pour acheter plus de titres (sauf dans le cas d’une approche de DCA dynamique). Enfin, la stratégie DCA peut être moins performante avec un CAC 40 en constante hausse, car elle implique l’achat de titres à des prix progressivement plus élevés.
Freedom 24 : large sélection d’actions, ETF et produits dérivés + jusqu’à 6,38 % / an pour les dépôts en EUR*

*Votre capital est assujetti à un risque

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

[ad_2]

Source link