Sélectionner une page


D’après Reuters, le ministère américain de la Justice compte déposer des accusations criminelle contre la plateforme d’exchange Binance dont le PDG et fondateur Changpeng Zhao “CZ”.

 

De lourdes accusations

Les accusations portées sur le directeur de la plateforme concernent une enquête lancée en 2018 et basé sur la concordance de Binance aux lois et sanctions anti-blanchiment d’argent. Trois acteurs du ministère de la Justice seraient concernés, la section du blanchiment d’argent et du recouvrement des avoirs (MLARS), le bureau du procureur américain du district ouest de Washington à Seattle et l’équipe nationale de lutte contre la cryptomonnaie.

Les avocats de la plateforme ont tenu des réunions et des accords de plaidoyer potentiels, selon Reuters. Les poursuites pénales contre Binance auraient des effets négatifs sur le marché de la crypto déjà atteint par les effondrements de Terra et FTX.

 Sur Twitter, Binance affirme que Reuters s’est encore trompé :

 

« Nous n’avons aucune idée du fonctionnement interne du ministère américain de la Justice, et il ne serait pas non plus approprié que nous commentions si nous l’avions fait. »

Un porte-parole de Binance a d’ailleurs déclaré : « Comme ce fut largement rapporté, les régulateurs procèdent à un examen approfondi de chaque société de cryptographie par rapport à bon nombre des mêmes problèmes. Cette industrie naissante s’est développée rapidement et Binance a montré son engagement envers la sécurité. Et la conformité grâce à d’importants investissements dans notre équipe ainsi que dans les outils et la technologie que nous utilisons pour détecter et dissuader les activités illicites. »

 

Binance dans le viseur de Reuters

L’agence de Presse Britannique n’épargne pas la plateforme d’échange et portes des accusations envers cette dernière.

En enquêtant sur la conformité de Binance en matière de criminalité financière, le rapport montre que l’exchange maintenait des contrôles anti-blanchiments faibles. Elle gérait 10 milliards de dollars de paiements pour les entreprises et criminels qui cherchaient à échapper à la Justice Américaine et qui complotaient pour échapper aux régularisations des États-Unis.

Binance a évidemment contesté les articles en ajoutant que les calculs de fonds illicites étaient “inexacts” et les résultats de contrôles de conformités étaient “obsolètes”. L’entreprise a déclaré que le renforcement des normes de l’industrie était en cours, qu’elle cherchait à améliorer la recherche d’activité cryptographique illégale sur l’exchange.

 

CZ ne baisse pas la tête

En 2021, Binance faisait l’objet d’une enquête des responsables qui s’occupent du blanchiment d’argent (DOJ) et des infractions fiscales. Il est donc possible que Reuters fait référence à la même enquête.

L’entreprise avait publié une déclaration sur Twitter, confirmant que « nous prenons nos obligations légales très au sérieux et nous nous engageons avec les régulateurs et les forces de l’ordre de manière collaborative ». Ajoutant que la plateforme « travaille dur pour mettre en place un programme de conformité solide qui intègre la lutte contre – les principes et outils de blanchiment d’argent utilisé par les institutions financières pour détecter et traiter les activités suspectes. »

Cette affaire risque bel et bien de remettre en question la crédibilité, mais aussi la conformité du monde des cryptos, sachant que Sam Bankman Fried, le fondateur de l’empire qui s’est récemment écroulé FTX, fait l’objet d’une enquête.





Source link